Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • : Partagez l'itinéraire d'un électeur de gauche devenu un adepte de la mondialisation libérale. Employé d'une "world wide company", l'auteur vit la mondialisation au quotidien et ne s'en plaint pas. Peu de mouvements d'humeur, des faits et des chiffres!
  • Contact

Mon profil

Recherche

Réseau

5 août 2008 2 05 /08 /août /2008 00:37
Je guette toujours la moindre information concernant le réchauffement climatique. Les savants russes, par exemple, ne croient pas au réchauffement provoqué par l'homme, ils considèrent les thèses en vogue comme fausses. Venant de la Russie si riche de ses matières premières, ce n'est guère probant. Plus intéressant cet article  (suite 1 puis 2) d'un géographe de l'EPFL, une des meilleures écoles d'ingénieurs en Europe.
Repost 0
Published by Le crédule libéral - dans écologie
commenter cet article
30 juin 2008 1 30 /06 /juin /2008 21:45
Quelles que soient ses convictions à propos du réchauffement climatique, on s'apercoit que la réduction des émissions de CO2 coûterait trop cher pour des résultats peu probants. Depuis 87 pour ajouter à la complexité, le niveau de CO2 a augmenté de 5% pendant que la température du globe restait plutôt stable. Finalement, la chose la plus prudente à faire aujourd'hui dans ce marasme de complexité , n'est-ce pas de ne rien faire à la manière des USA? Et cela marche plutôt bien. les Américains n'ont pas adhéré au protocole de Kyoto et malgré une augmentation de population et de PIB, leur émission de CO2 a stagné en % alors qu'il augmentait en Europe. Ne parlons pas du niveau d'émission ramené au PIB où dans ce cas, la Chine et les Russes sont imbattables. Finalement, il se peut bien que dans quelques années, grâce au progrès technologique, les USA deviennent le pays le plus écolo de la planéte. "Wait and See..." Référence : Financial Times 12.08 p8
Repost 0
Published by Goucho - dans écologie
commenter cet article
25 mars 2008 2 25 /03 /mars /2008 00:35

Une émission intéressante sur le principe de précaution "Répliques" du 22 mars. Selon Claude Bébéar, le principe de précaution inscrit dans notre constitution aurait fait reculer les labos de recherche qui désiraient s'implanter en France. L'émission aborde également le réchauffement climatique.

Repost 0
Published by Le crédule libéral - dans écologie
commenter cet article
22 janvier 2007 1 22 /01 /janvier /2007 00:06
Pour les héritiers des lumières, il est parfois difficile d'admettre la possibilité du réchauffement climatique qui semble a priori plafonner la notion de progrès. Marc Fumaroli exprime ce dilemme dans Le Point de cette semaine avec un article intitulé: "Querelle de l'écologie, querelle des Lumières".  "Mais que deviennent les lumières, si les bienfaits du progrès matériel sont payés demain par le flétrissement général de l'écosystème planétaire? Et où vont-elles, si une combinaison de saint-simonisme et de socialisme crée des tigres industriels capables de démontrer mieux que son échec irakien, à quel point le libéralisme de la nation pilote n'est pas universalisable?"  Néanmoins, basse vengeance sur le modèle négativo-écologique de société ou sublimation de l'idée de progrès, la lutte contre le réchauffement climatique, si  elle s'avère pertinente, nécessitera de solides efforts d'innovation. Le modèle écologique devra s'accommoder de la prolifération de centrales nucléaires et sans doute de celle des OGMs. En effet, ces derniers permettraient aussi d'économiser les émissions de CO2 dans l'atmosphère. (Ref Norberg)
Repost 0
Published by Le crédule libéral - dans écologie
commenter cet article
9 décembre 2006 6 09 /12 /décembre /2006 00:00
Sabine Hérold, vous vous êtes illustrée en dénonçant les blocages de 2003. De ce succès est né votre parti, Alternative libérale. Existe-il donc une voie entre Sarko et Ségo?
Absolument, ni l’un ni l’autre ne sont libéraux. Le premier est resté très flou sur ses positions, la seconde n’a pas de pro­gramme.
Où vous situez-vous sur l’échiquier politique?
Dans une troisième dimension, libérale, qui s’élève au-dessus de l’axe gauche-droite, comme en Allemagne ou au Portugal. Nous défendons la liberté individuelle contre un Etat qui veut trop en faire. Nous souhaitons que cha­cun puisse décider davantage.
Quel écho avez-vous chez les politiques?
Bernard Kouchner ou Alain Ma­delin comptent au nombre nos sympathisants, issus de la gau­che comme de la droite.
Qui recommanderez-vous au se­cond tour, où vous ne parvien­drez de toute façon pas?
Personne ne sait aujourd’hui qui y sera. Ni Ségolène Royal ni Nicolas Sarkozy n’ont aujourd’hui un ticket. Le mo­ment venu, nous pencherons vers le candidat le plus libéral, qu’il soit de gauche ou de droite.
Au lendemain de la présiden­tielle, qu’adviendra-t-il du libé­ralisme français?
Comme par le passé, les prochai­nes réformes économiques vien­dront de l’UE, avec la privatisa­tion de Gaz de France ou de la SNCF par exemple. Mais les ré­formes sociales devront venir de l’intérieur. Nous ne voulons pas faire qu’un «coup» en 2007, mais porter la force libérale dans les prochaines décennies.
Paru dans Bilan No 216 Interview de Pierre Dabitz. Voici quelques extraiits.
Bilan est un journal magazine Suisse généraliste et économique plutôt libéral. L'Institut Constant de Rebecque y faisait encore paraître il y a quelques mois des articles particulièrement rafraîchissants.


Repost 0
Published by Le crédule libéral - dans écologie
commenter cet article
18 novembre 2006 6 18 /11 /novembre /2006 00:05
Supposons que l'homme soit responsable pour partie insignifiante du réchauffement climatique ou bien que quoi qu'il fasse, il ne pourrait le ralentir même s'il l'avait provoqué... Supposons que l'homme soit une fois de plus livré aux caprices aléatoires du climat, le protocole de Kyoto serait dans ce contexte une construction sisyphéenne qui nous ménerait dans l'impasse et il faudrait réfléchir autrement...
Les dernières vagues concernant le changement climatique sont ainsi rapportées par l'Institut Molinari. La vigilance reste de mise. La vigilance sur la vigilance aussi. Gardons ouvertes les écoutilles!
"Les preuves expérimentales ne soutiennent pas les modèles climatologiques actuels, et il y a donc peu de raisons de faire confiance aux prédictions de ces modèles. Pourtant, c’est précisément ce que les Nations-Unies ont fait en créant et en promouvant Kyoto et ce qu’elles font encore dans les prévisions alarmistes sur lesquelles les politiques climatiques du Canada sont basées. Même si les modèles climatologiques étaient corrects, l’impact environnemental d’un retard d’implémentation par le Canada – en attendant la conclusion de consultations - de Kyoto ou d’un autre plan de réduction des émissions de gaz à effet de serre serait insignifiant. Instruire votre gouvernement d’organiser des auditions impartiales et publiques le plus rapidement possible serait une décision prudente et responsable."
On lira la position d'Alain Madelin et celle de Claude Allègre en proie au doute. Celle-ci est peu différente.
Repost 0
Published by Le crédule libéral - dans écologie
commenter cet article
6 septembre 2006 3 06 /09 /septembre /2006 10:44
Une nouvelle loi ridicule fait du rififi dans le landerneau des écolos. On parle à juste titre d'atteinte aux libertés individuelles, d'état prédateur de la conscience écolo etc... Les écolos comme Goucho sont en général de gauche tendance lourde et/ou quelquefois altermondialistes. Erreur d'aiguillage! Lorsque l'État s'immisce dans nos jardins, sans doute Goucho, dans sa vision romantique et étriquée, imagine-t-il une nouvelle dérive sarkozhiste. Qu'il le sache, même la gauche dans sa mansuétude bien connue nous réserve ce genre d'absurdités et bien plus encore. (On en a eu un aperçu dans son dernier programme). Goucho ne comprend pas que l'État qui travaille pour notre bien avec dévouement et application, cet État à qui il fait une si grande confiance, par nature va en rajouter un peu, dépasser le cadre de ses prérogatives. Goucho a trop lu Le Monde Diplo et a oublié Tocqueville.
L'Etat veut régir l'utilisation du purin d'ortie et de l'eau bouillante qui tue la mauvaise herbe. Ne t'inquiète pas Goucho, l'Etat te permettra bientôt d'aller acheter ton purin dans une officine réglementée, de prendre de l'eau en sachet estampillé pour mettre tes mauvaises herbes au bûcher. Si tu boycottes ces officines aux produits triés sur le volet, tu pourras toujours commander tes produits aux US ou en Suisse par internet. Puis tu pourras vitupérer, avec toute la liberté d'expression qu'il t'accorde... contre le capitalisme libéral, la loi du marché et des multinationales. Tu vois, l'Etat s'occupe même de tes loisirs.
Repost 0
Published by Le crédule libéral - dans écologie
commenter cet article
15 août 2006 2 15 /08 /août /2006 03:04
Alors que le réchauffement climatique ne semble faire le moindre doute chez quiconque dans les médias, que les écolos les plus obtus s'en donnent à coeur joie, l'institut Molinari nous incite à la prudence,,
"Si les modèles sont corrects, le réchauffement global réduit les différences de température entre les pôles et l’équateur. Lorsque ces différences sont réduites, le résultat est une réduction de la création de tempêtes extra tropicales, pas une augmentation...
Le CNRS a au contraire demandé à ce que l’on soutienne les recherches sur l’impact du réchauffement, non sur le fait qu’il puisse ou non avoir lieu.
L’alarmisme en lieu et place de la simple curiosité scientifique, semble essentiel pour le maintien des crédits de recherche. Et seuls les scientifiques les plus chevronnés ont la capacité de s’élever contre cette fièvre alarmiste et défier le triangle infernal des climatologues, des activistes et des décideurs."
Repost 0
Published by Le crédule libéral - dans écologie
commenter cet article
30 mai 2006 2 30 /05 /mai /2006 00:08
Michael Crichton réussit l'exploit de nous faire réfléchir sur le réchauffement climatique avec un thriller haletant "State of Fear" en anglais. De nombreux graphiques et articles scientifiques complètent l'argument en cours de lecture. Comme ce site qui montre dans le monde entier des augmentations de la concentration de CO2 dans l'atmosphère. Allant au bout de leurs convictions, les écolos organisés en groupe terroriste tentent de détacher un iceberg de la banquise ou de provoquer un tsunami. On rapprochera cette idée d'écolos jusqu'au-boutistes de l'actualité suivante. Le livre comporte plusieurs morceaux de bravoure où, entre deux séquences dans lesquelles leur vie ne tient qu'à un fil, héros et protagonistes, références à l'appui, débattent sur le réchauffement climatique. Exemple: Peter Evans tente de défendre la théorie du réchauffement, mais les graphiques qui lui sont présentés montrent une baisse de la température dans les zones peu urbaines. Perplexité.  Plus loin, John Kenner face à Ted Bradley décline l'histoire du Parc de Yellowstone dans laquelle les écologistes ont déréglé l'équilibre par des tentatives maladroites de régulation. L'idée principale du livre consiste à dénoncer l'état de crainte sur lequel surfe les mouvements écologiques pour obtenir gains et subsides. Le livre se termine par un message de l'auteur de quelques pages. "Je soupçonne que le réchauffement observé en surface sera en partie attribuable aux activités humaines. Je soupçonne que la principale cause d'origine humaine sera imputable à l'utilisation des sols et que la composante atmosphérique sera mineure." Comme rien n'est évident dans ce débat sur le changement climatique, on lira ici la critique du livre par le site RealClimate et la vision de l'Institut Molinari. qui considère sa contribution comme essentielle pour "placer la science au-dessus de l'idéologie".
Repost 0
Published by Le crédule libéral - dans écologie
commenter cet article
23 février 2006 4 23 /02 /février /2006 00:00
L'agence européenne pour l'environnement vient de produire un rapport très détaillé sur les pollutions en Europe. En voici la teneur.
Notons les améliorations du "smog" et de la qualité de l'air. Grâce aux pots catalytiques par exemple et à d'autres innovations technologiques, les émissions de CO2 ont diminué de 90% sans qu'on observe de ralentissement de l'effet de serre. Les problèmes principaux sont:

  • L'utilisation des véhicules diesels qui produisent des particules fines. Elles sont responsables de nombreuses maladies respiratoires que subissent les enfants.
  • Le second phénomène est la formation d'ozone au niveau du sol l'été à cause notamment du traffic routier.
  • A long terme, les nitrates augmentent dans l'eau à cause de l'utilisation des pesticides et engrais en agriculture.
  • L'augmentation de la température des mers est préocuppante avec la prolifération d'algues.
Selon ce rapport, une augmentation de 2 degrés de la température semble gérable. Ceci correspond à une concentration d'équivalent en CO2 de 550ppm. La France est une élève qui se situe dans la moyenne mais l'augmentation du transport routier plus rapide que le PIB est préjudiciable, atténué néanmoins par le recours au nucléaire. Les coûts de ces pollutions sont de plus en plus importants à supporter par la communauté. La fin du rapport est constitué d'une analyse pays par pays.
Pour Pascal Salin, la solution libérale est basée sur la gestion des droits de propriété et sur la mise en place de "droits de pollution". Xavier Méra de l'Institut Molinari tente de dessiner les contours des solutions libérales, pour une société plus écologique que celle offrant de déléguer à l'état l'essentiel des mesures. Il fait un tour d'horizon sur la gestion des déchets, des OGM, des marées noires. Pauvre État! Quand bien même serait-il composé des gens les plus compétents et les mieux intentionnés, y réussirait-il?
"Seule une reconnaissance légale de la propriété sur les biens environnementaux permet leur conservation et la minimisation des risques sans sacrifier les besoins humains les plus urgents. Si des industriels savent qu’ils seront passibles de poursuites s’ils polluent leurs voisins, ils doivent le prendre en compte dans leurs plans et y réfléchissent à deux fois avant de leur faire courir des risques. Les problèmes environnementaux surviennent lorsque la propriété des citoyens n’est pas défendue par la loi."
Repost 0
Published by Le crédule libéral - dans écologie
commenter cet article