Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • : Partagez l'itinéraire d'un électeur de gauche devenu un adepte de la mondialisation libérale. Employé d'une "world wide company", l'auteur vit la mondialisation au quotidien et ne s'en plaint pas. Peu de mouvements d'humeur, des faits et des chiffres!
  • Contact

Mon profil

Recherche

Réseau

20 mai 2008 2 20 /05 /mai /2008 00:23
Entendu, il y a deux mois cette petite conversation dans une petite poste de village en Suisse entre le guichetier et un Vénézuelien d'une soixantaine d'années. "De toute façon, tout le monde sait que les enfants des FARC font leurs études à Caracas." Aujourd'hui, la collusion entre les FARC et Chavez semble une évidence, d'autant plus que le PC de Reyes n'a pas été trafiqué par les services colombiens. Pour notre ami Daniel au Venezuela, cela fait longtemps que ces accointances ne font pas de doute.
"We already knew that. The difference now is that there will be real documents that could not be excused away by Chavez (and Ecuador's Correa who had no business at all in cavorting with the FARC this early in his term)."

Voir ici.
et
: ("Evidence of Venezuela's support for terrorism could carry Hugo Chávez to the pariah status he deserves")

Partager cet article

Repost0
10 mars 2008 1 10 /03 /mars /2008 08:50
La politique de Poutine n'est pas responsable de la croissance russe. Les droits de propriété ne sont pas respectés et les décisions de l'Etat sont arbitraires. Par manque de libéralisme, la croissance russe est fragile, devenue très dépendante du pétrole. On lira The Economist de cette semaine dans un excellent article.

"After a decade of growth, Russia is still only back to the level it reached just before the fall of the Soviet Union. And one thing is certain: it will not reach first-world prosperity, as promised by Mr Putin and Mr Medvedev, with third-world institutions. To grow further, it will need to dismantle the lawless system Mr Putin has created."

Partager cet article

Repost0
2 février 2008 6 02 /02 /février /2008 22:31
Depuis que j'ai souscrit un abonnement à une chaîne internet via ADSL (en Suisse, pour ma part) ma vie d'"audimateur" a changé. Le logiciel a complètement transformé mon rapport à la télévision.  Adieu, les regards légumiers et indifférents,  adieu les émissions de routine qui tuent le temps sans correspondre à ce qu'on a envie d'écouter sur le moment. Désormais, je ne regarde plus que ce que je choisis. Il m'est possible d'enregistrer les émissions qui passent à des heures tardives et de les voir quand bon il me semble, d'en changer la langue. Désormais, grâce au disque dur contenant jusqu'à 100 heures de programmation, je ne regarde plus que les émissions qui m'intéressent. Il m'arrive finalement assez peu souvent de regarder le direct. L'interface Homme-Machine fournie me permet de naviguer dans la liste des quinze jours à venir, de faire des recherches par mot clé, d'enregistrer des séries d'émission. Je me sens plus responsable face au tube cathodique ou du moins ce qu'il en reste. Cerise sur le gâteau, je passe rapidement sur les pubs. En gros, je vois plus de choses, je fais le tour du monde, je suis plus attentif et je gagne du temps! 

Partager cet article

Repost0
21 janvier 2008 1 21 /01 /janvier /2008 18:49
Après avoir vu sur Arte le film Kennedy-Oswald, je suis tombé sur l'article de Daniel Pipes à propos du livre de James Piereson, "Camelot and the Cultural Revolution: How the Assassination of John F. Kennedy Shattered American Liberalism."  La thèse sur l'assassinat de Kennedy qui prévaut aujourd'hui est celle de l'individu allumé, Lee Harvey Oswald, qui prend l'initiative de tuer le président Kennedy. Cette thèse du film n'est pas en contradiction avec celle indiquée par Pipes. Bien au contraire. Le film insiste peu sur les accointances de Oswald avec le communisme mais son geste solitaire est directement inspiré de son militantisme politique en faveur de Cuba et de l'URSS. Pour l'auteur du livre, le plus surprenant c'est la volonté de la gauche américaine de se cacher ce fait là et de promouvoir des contre-feux pour brouiller les cartes et laisser entendre une autre vérité. Ainsi le "complot" s'il en est un n'est pas l'assassinat de Kennedy mais la volonté de la gauche de ne pas affronter la simple vérité.
"Piereson explique que si l'assassinat de Kennedy a si profondément affecté le libéralisme, c'est parce qu'Oswald, un communiste inspiré par la Nouvelle Gauche, a abattu Kennedy pour protéger le règne de Fidel Castro à Cuba contre un président qui, pendant la crise des missiles de 1962, avait brandi l'option militaire américaine. En bref, Kennedy est mort parce qu'il s'était montré particulièrement ferme dans la guerre froide. Les libéraux ont renâclé devant ce fait qui contredisait leur système doctrinal et ils ont préféré présenter Kennedy comme une victime de la droite radicale et un martyr de la cause libérale."

Partager cet article

Repost0
16 janvier 2008 3 16 /01 /janvier /2008 00:24
Traquant les errements de la gauche totalitaire avec l'avatar qu'est Goucho, le crédule libéral n'est jamais allé aussi loin. Les conservateurs américains ne font pas dans la dentelle! La social-démocratie plébiscitant l'État serait selon Jonah Goldberg  "Liberal Fascism: The Secret History of the American Left, From Mussolini to the Politics of Meaning" dans la droite lignée du fascisme. C'est Daniel Pipes qui rapporte ceci dans l'article suivant.
Extraits :
"Goldberg dissèque le programme libéral américain – racial, économique, environnemental, même le «culte du bio» – et montre ses affinités avec ceux de Mussolini et Hitler."
"Hillary Clinton espère «insérer l'État profondément au sein de la vie familiale», un pas essentiel du projet totalitaire."

Partager cet article

Repost0
9 janvier 2008 3 09 /01 /janvier /2008 22:49
On s'agite beaucoup dans le petit monde des républicains libertarians ou "conservateurs libertaires" comme les a denommés France-Culture. Les candidats républicains sont assez différents les uns des autres alors qu'on a plutôt le sentiment d'une bataille d'images entre les démocrates. Les programmes des démocrates semblent assez similaires.
Pressé par nombre de libertariens, Johan Norberg exprime à contre-pied sa sympathie pour McCain et s'irrite de plus en plus envers Ron Paul qu'il qualifie de "Hooligan Libertarian". Les raisons de son opposition à Ron Paul sont les suivantes:
  • La campagne anti-immigration très agressive et très peu cosmopolite
  • Son insistance sur le départ rapide des Américains d'Irak alors que cela semble irréaliste.
  • Son manque de pragmatisme qui veut lui faire supprimer toute sorte d'institution défendant le libre-échange sachant que dans la situation actuelle, cela reviendrait à favoriser le protectionnisme.
  • Son refus inconsidéré de tout coup de pouce à l'éducation et à la recherche, sur le principe défendable, mais qui dans certains cas auraient des conséquences néfastes
Dernier rebondissement, New Republic a publié un article ""Angry White Man par " au vitriol basé sur les newsletters .  "What they reveal are decades worth of obsession with conspiracies, sympathy for the right-wing militia movement, and deeply held bigotry against blacks, Jews, and gays. In short, they suggest that Ron Paul is not the plain-speaking antiwar activist his supporters believe they are backing--but rather a member in good standing of some of the oldest and ugliest traditions in American politics."
Sur ce Johan Norberg pronostique "the end of Ron Paul".  Dommage!

Partager cet article

Repost0
4 janvier 2008 5 04 /01 /janvier /2008 04:15
Selon David Evans, le réchauffement climatique, contrairement à ce que l'on pouvait penser ces dernières années, n'est pas dû au CO2. Les dernières données scientifiques l'attestent (08/07). En créant ce message, je me demande si je ne suis pas à côté de la plaque, à être toujours sceptique sur cette question. Je suis la risée de mes proches, je ferme ma gueule en société. Goucho me raille en permanence. "Il y a toujours des imbéciles qui nient l'évidence" dit-il.

Partager cet article

Repost0
18 décembre 2007 2 18 /12 /décembre /2007 21:23
J'ai assisté médusé dimanche soir sur France5 à la description de l'empoisonnement du Rhône par l'entreprise Plafora. Je me suis rappelé que parfois on disait que la France riche de son capitalisme d'Etat était un pays socialiste qui avait réussi. La métaphore est exagérée sans doute. Mais du point de vue de la pollution, nous sommes assez bien placés.

Partager cet article

Repost0
7 décembre 2007 5 07 /12 /décembre /2007 02:20
Il est intéressant de suivre la campagne électorale américaine. Les théories de Ron Paul sont un véritable bréviaire du petit libertarien. Sauf sur l'immigration où Ron Paul adopte une position très peu cosmopolite et sur l'avortement où la position est classiquement républicaine.
Ce dernier débat, le 29 novembre, entre les républicains a vu un Ron Paul en difficulté et très peu sollicité si ce n'est par des questions pièges. Du style : Complotez-vous contre la souveraineté de notre pays?, condamnez-vous l'avortement?
Allez-vous vous présenter en indépendant? L'échange a été vif avec McCain concernant la différence significative selon Paul entre isolationisme et non interventionisme. Le non interventionisme de Ron Paul n'implique aucune intrusion militaire dans d'autres pays. Seul le libre-échange est la pierre de touche de la solidarité entre les peuples. En ce sens, les accents de Ron Paul me rappelle
ceux de Bastiat qui critiquait la colonisation algérienne au XIXème siècle.
Il veut éviter toute dépense inutile à la manière de "Ce qui se voit et ce qui ne se voit pas!". Il est un minarchiste qui tend à diminuer l'influence de l'Etat. Il refuse les grandes machineries gouvernementales type Union Européenne. Suivant l'Ecole autrichienne de Mises et Hayek, il veut éviter toute production de monnaie... Ainsi, son "pseudo-pacifisme" libertarien n'est pas une pseudo-complicité avec les ennemis de la liberté comme le lui reproche les néoconservateurs, il est plutot un retour aux sources du libéralisme.
Ainsi Docteur Paul comme l'appelle parfois avec ambiguité CNN après un début difficile ne s'est pas trop mal sorti de ce débat particulièrement piégé. Il est resté fair-play: On le voit ici interviewé par CNN à propos de la manière peu courtoise dont il a été traité au cours du débat. Les sondages d'après débat restent très ambigus. Le vote sur le site de CNN, une fois de plus, accorde une large majorité à Paul. Néanmoins, les libertariens s'expriment très largement par le Web. De plus, on peut supposer que nombre de démocrates appréciant Paul viennent brouiller les cartes dans ce jeu là. Ce sondage est à mettre en balance avec celui-ci affichant l'état de l'opinion en temps réel. On voit que Huckabee aurait marqué le plus de points.
Voici ici toute l'intervention de Ron Paul et les statistiques du débat.

Partager cet article

Repost0
12 novembre 2007 1 12 /11 /novembre /2007 00:31
Il est fascinant d'écouter le libertarien Ron Paul prôner le libre-échange et un libéralisme débridé. L'Etat et ses impôts réduits au minimum, la CIA fermée... Sa croisade anti-guerre séduit une partie de la jeunesse mais elle le fera sûrement plafonner dans les sondages car elle semble risquée. Il est opposé à la peine de mort. Il reste pourtant contre la légalisation de l'avortement. Dans la tradition républicaine. Voir le quizz résumant les différentes positions des candidats. Voir le blog de son soutien en France: http://ronpaulfr.blogspot.com/.



Il a surtout une vision cohérente d'une politique étrangère américaine non interventionniste. Ron Paul refuse que l'Amérique soit le gendarme du monde. Il regrette que Bush ait renoncé à cette posture contrairement à ce qu'il avait affirmé pendant sa campagne. Cette tendance, si elle influençait dans les années à venir la politique américaine, ferait sans doute très peur aux Européens. Les partisans du candidat libertarien ne mâchent pas leurs mots envers le capitalisme d'état version pseudo-guerre contre la terreur.  Exemple: Ron Paul vs. the Neocon Cowards
"Our "War on Terror" has absolutely nothing to do with "terrorists." It has absolutely nothing to do with preventing another 9/11. (The proof? The neo-cowards’ refusal to secure our wide-open borders, due to their love affair with slave labor.) It has nothing to do with a "Clash of Civilizations."
It has everything to do with making money. Lots and lots of money. (And let’s never forget: There’s oil in them-thar hills!)"  Alors que plus raisonnablement, le journal theeconomist soutient qu'un départ rapide des troupes américaines d'Iraq ne serait pas une bonne chose.
Ron Paul innove à travers le net. Il a obtenu depuis le 5.11 plus d'argent que le sénateur McCain pour financer sa campagne. Celle-ci est chaleureuse et bon enfant. Il n'hésite pas à mener un débat dans la chambre d'un étudiant et discute sans ambages avec ses supporters. Ses apparitions publiques télévisuelles marchent fort bien. Vidéo.Ron Paul est supporté par exemple par Liv, qui se déclare Ron Paul Girl et qui distille son soutien à travers des vidéos parodiques. Malgré ses excellents résultats, Ron Paul n'apparaît toujours pas dans les sondages. Effet déformant du web où il a beaucoup de fans? Ostracisme des médias?

Partager cet article

Repost0