Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • : Partagez l'itinéraire d'un électeur de gauche devenu un adepte de la mondialisation libérale. Employé d'une "world wide company", l'auteur vit la mondialisation au quotidien et ne s'en plaint pas. Peu de mouvements d'humeur, des faits et des chiffres!
  • Contact

Mon profil

Recherche

Réseau

24 mai 2007 4 24 /05 /mai /2007 00:09
J'ai beaucoup ri devant cette vidéo proposée par Etditeshaut montrant une manifestation de droite vu par les acteurs du théâtre de rue. Je me suis demandé si l'inverse était possible: parodier une manifestation de gauche. Cela serait beaucoup plus difficile. En effet, il y a longtemps que la réalité a dépassé l'absurde fiction. Nous aurions nombre de slogans qui retomberaient à plat dus à leur profonde banalité:
  • A bas le capitalisme!
  • Sarko Nazi!
  • C'est la lutte finale!
  • Les Trotskystes avec nous!
  • Le monopole de l'intelligence, c'est à gauche!
  • Chavez Président!
  • Non à la mondialisation

Partager cet article

Repost0
21 mai 2007 1 21 /05 /mai /2007 00:04
Cette idée que "La marche vers le libéralisme ne pouvait être stoppée qu'au nom d'un libéralisme de gauche" et que " Tout simplement la seule possibilité aujourd'hui de garantir la solidarité face à l'exigence de réussite. Cette garantie n'est donnée par aucun autre modèle politique, sauf à renoncer à l'efficacité, c'est-à-dire en fait à la solidarité."  Après son article, Eric Rochant s'exprime dans un débat intéressant ce dernier 16 mai dans "Du Grain à Moudre". On découvrira les positions également surprenantes de l'économiste libérale Brigitte Grandville, vivant en Angleterre. Celle-ci considère que l'élection de Sarkozy est "révolutionnaire" pour la France.
La meilleure nouvelle de la semaine pour GaucheTotalitaire, c'est l'arrivée de Kouchner au gouvernement. On examinera les raisons qui l'ont poussé gouvernement: "La politique extérieure de notre pays n'est ni de droite ni de gauche. Elle défend les intérêts de la France dans un monde qui se réinvente chaque jour." A ce rythme là, Gauche Totalitaire va bientôt s'autodétruire...

Partager cet article

Repost0
18 mai 2007 5 18 /05 /mai /2007 00:07
S'il est une société qui participe à notre bonheur, c'est bien IKEA. Il existe peu de jeunes couples qui n'aient pas pu se meubler et transformer leur nid d'amour, peu de films qui n'utilisent pas les facilités de décor simple et esthétique d'IKEA, peu de riches maisons qui ne se soient inspirées d'IKEA. IKEA rend heureux nombre d'entre nous. Elle est un petit paradis pour les consommateurs. On y est parfaitement accueilli. Les prix sont très bas. IKEA offre à n'importe quel budget un choix inégalable. Le Service Après Vente est bon. (Récemment nous avons pu retrouver une vis perdue sur un assemblage vieux de huit ans.) Grâce à IKEA, notre choix est décuplé, notre créativité est stimulée et notre sens de la décoration intérieure progresse.
Cette société est soumise à quelques critiques mais elle s'en sort plutôt bien. Et malheureusement pour eux, du fait d'une forme de protectionnisme, les Indiens ne bénéficieront pas avant longtemps de ses services.
S'il existait un prix Nobel du capitalisme pour une société multinationale, c'est à IKEA que nous l'attriburions dans la catégorie "Bonheur de l'humanité". On lira les comptes rendus sur les conditions d'implémentation d'IKEA au Vietnam et au Bangladesh.

Partager cet article

Repost0
14 mai 2007 1 14 /05 /mai /2007 00:00
En Afghanistan, les Américains font à la fois la guerre à la drogue et la guerre aux Talibans. Il risquent ainsi de perdre les deux. C'est l'avis de Johan Norberg.

Partager cet article

Repost0
11 mai 2007 5 11 /05 /mai /2007 00:48
La Suisse voit sa pauvreté s'amenuiser, elle va passer sous la barre des 3 % de chômage, elle prévoit une croissance continue jusqu'en 2020. À l'image de la Suisse, le plein-emploi c'est beaucoup de mondialisation et un peu plus de libéralisme que la moyenne. Les Suisses travaillent beaucoup, mais la qualité de la vie là-bas y est une des meilleures du monde. La ville de Zurich est classée première pour la seconde année consécutive.
La Suède n'est pas mal non plus. (Voir Johan Norberg) Mais le chômage y est encore un peu haut. Qu'à cela ne tienne, la Suède va ajouter un peu plus de libéralisme à sa politique.

Partager cet article

Repost0
8 mai 2007 2 08 /05 /mai /2007 00:17
L'hebdomadaire "The economist" établit un bilan de la pénétration d'IBM en Inde. Mieux, l'Inde est un partenaire essentiel et un réservoir de cerveaux sans égal pour IBM. Voilà de quoi alimenter la contrition de l'incontournable Goucho. Dans sa grande mansuétude envers les pays africains, Goucho prend un air abattu chaque fois qu'il voit les grandes sociétés multinationales (spécialement les Américaines) progresser dans les pays émergents.  J'avancerais l'hypothèse suivante, qui tient de l'enfoncement de porte ouverte pour un économiste normal et d'une provocation pour un rhétoricien de la politique française qu'est Goucho. La progression des logiciels vendus par IBM (de même pour Microsoft) n'est pas un résultat de la malbouffe informatique, mais plutôt un excellent symptôme de l'amélioration du niveau de vie des pays émergents. En effet, dès que ceux-ci progressent, ils font comme n'importe qui, ils achètent ce qu'il y a de meilleur (même parfois du logiciel libre qui comme chacun sait a un coût lui aussi). Ainsi le marché russe progresse à vive allure pour être équivalent aujourd'hui de celui de la Suisse aujourd'hui. Le marché pakistanais démarre. Les pays de l'Est sont tous en pleine ascension sauf la Bosnie-Herzégovine. Dans le continent africain, les altermondialistes -avec paille sans OGM au fond de la rétine- peuvent encore rêver, l'Afrique subsaharienne n'achète pas de logiciel IBM. L'Egypte et le Maroc eux s'en offrent. Le jour où toute l'Afrique achètera des logiciels IBM et Microsoft en abondance, c'est qu'elle sera sauvée.

Partager cet article

Repost0
7 mai 2007 1 07 /05 /mai /2007 08:03
Goucho pensait que Ségo nous referait le coup de Mitterand. Heureusement, il s'est trompé. Je trouve nombre de motifs de satisfaction dans cette élection. Un débat qui a progressé, une droite qui s'affirme comme droite et laissant ainsi une place à une gauche libérale, le laminage des extrêmes, la nécessaire rénovation de la gauche dinosauresque, l'élection d'un Sarkozy qui donne l'image d'un pays prêt à prendre un peu plus de risques. Néanmoins, nous sommes loin du compte. Le crédule que je suis hésitait entre l'abstention et le vote Sarkozy. Succombant au civisme du moindre mal, j'ai cédé au vote Sarkozy sous l'oeil furibond de Goucho et devant l'enthousiasme (mesuré il est vrai) de mes amis bloggers. On lira la longue mais belle analyse d'Edouard Fillias sur son blog. Alternative Libérale est une caisse de résonance dont les libéraux devront user. Sarko est considéré parfois comme libéral alors qu'il est un fervent défenseur d'un protectionnisme désuet dénommé parfois "pragmatisme". Le mot protéger est celui que j'ai entendu le plus souvent prononcé hier soir: il va falloir que la droite entame sa rénovation! 

Partager cet article

Repost0
5 mai 2007 6 05 /05 /mai /2007 00:02

Johan Norberg n'a pas dit un mot sur l'élection française. Si ce n'est en plein débat, mercredi soir, quand il s'est insurgé sur les erreurs de Ségolène concernant la Suède. "Ségolène Royal's mother talked, but she didn't listen"

Il est de bon ton de parler de choix entre "grippe et rage", ou entre "peste ou choléra" pour ce qui concerne notre élection présidentielle. Imaginons le choix draconien auquel a dû faire face le peuple américain dans le duel Bush-Kerry.
En 2004, l'hebdomadaire "the Economist" considéré comme le meilleur jugement de la planète par Johan Norberg, apportait son soutien à John Kerry. Voici ce qu'écrivait en sus Johan Norberg à propos de l'élection américaine  après avoir résumé ainsi les deux candidats: 
"Je n'approuve pas le choix des libertariens pour Bush. Je ne voterais pas pour Kerry ou Bush. La raison est que je ne veux pas encourager le vote dans une direction particulière. Parce que je vote toujours pour une raison spécifique, pour montrer ma sympathie, avec ce geste symbolique pour celui auquel je m'identifie, cela rend très difficile de voter pour un moindre mal quand il y a deux mauvais candidats. Mais je connais nombre de personnes qui voient d'autres raisons, et ne sont pas effrayées de se salir. Je n'ai pas de problème avec ce choix, et je ne veux pas les décourager. Bonne chance, maintenant. Tant que Ralph Nader n'est pas élu, cela me va."
On lira le choix de Madelin paru aujourd'hui. La gauche, en France, sous le regard de Bayrou a encore de quoi faire... dans l'opposition.

Partager cet article

Repost0
3 mai 2007 4 03 /05 /mai /2007 00:18
Il semble acquis que le salaire minimum n'aurait pas d'effets facilement mesurables sur le chômage. J'avoue que j'en doute un peu mais je ne suis pas économiste. En France, il est très haut, il crée sans doute du chômage. Quand il est au prix du marché comme en Grande-Bretagne (sans doute), en Irlande, en Nouvelle-Zélande, il fait de la figuration, a peu de conséquences et ne sert qu'aux politiques à se faire mousser. Alexandre Delaigue, l'Econoclaste revient sur ce sujet dans Libération. Pour lui, le salaire minimum est un moyen de subventionner les salaires des pauvres par les plus pauvres.

Les commentaires de cet article sont également intéressants. Morceaux choisis.
"
- Le SMIC interdit au chômeur d'accepter un travail en-dessous d'une certaine rémunération,
- il interdit à l'entrepreneur de créer un poste en-dessous d'un certain niveau de productivité."
"On pourrait néanmoins ajouter que les effets du Smic dépendent de son niveau et de la productivité des travailleurs à qui il est appliqué. Que le Smic américain, à un niveau très faible, ne conduise pas à une augmentation du chômage, n'est guère une surprise. A l'inverse si on applique le Smic français en Inde, il y a peu de doute que cela conduise au chômage et à (encore plus) de misère des millions de travailleurs Indiens.... L'IRES (dont les chercheurs sont peu suspects de complaisance avec le patronat) met en avant que la France a le plus haut Smic brut en proportion du salaire médian de toute l'Union Européenne (62% contre 42% pour le RU). Et il s'agit des Smic brut et non du coût du Smic (incluant les cotisations sociales), qui rendrait la situation française plus atypique encore."
"Il y certains postes où un salarié expérimenté n'arrive pas à se faire payer plus que le SMIC, et c'est lui la victime nunéro un de la réduction des inégalités salariales."
"Je suis beaucoup moins sûr que vous que le salaire minimum a un effet faible en France sur l'emploi. Les études que vous citez sont réalisées sur des pays oú le salaire minimum est très bas, alors qu'en France il touche 15% des salaries."

Partager cet article

Repost0
1 mai 2007 2 01 /05 /mai /2007 00:01
Trouvé dans Marianne du 14 au 23 avril, dans un article intitulé "Le modèle suédois. Est-ce si formidable que cela?" , on y voit les rois du dialogue social, les syndicalistes suédois, source d'inspiration pour Ségolène Royal ne pas trop se formaliser d'inéluctables délocalisations...
"Lors de sa visite chez Ericsson, Ségolène Royal a pu constater avec un certain étonnement que la formule tenait toujours le cap. Interrogé sur les dizaines de milliers d'emplois supprimés en 2000 par le géant de la téléphonie, Bent Fogelberg, le délégué de Landsorganisationen iSverige (LO), l'unique confédération syndicale, lui a tranquillement expliqué que rien ne servait de lancer des grèves contre des délocalisations inéluctables. La priorité consistait plutôt à obtenir le reclassement des licenciés. Ce qui semble avoir été le cas pour 90% d'entre eux chez Ericsson."

Partager cet article

Repost0