Présentation

  • : Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • : Partagez l'itinéraire d'un électeur de gauche devenu un adepte de la mondialisation libérale. Employé d'une "world wide company", l'auteur vit la mondialisation au quotidien et ne s'en plaint pas. Peu de mouvements d'humeur, des faits et des chiffres!
  • Contact

Mon profil

Recherche

Réseau

7 mai 2007 1 07 /05 /mai /2007 08:03
Goucho pensait que Ségo nous referait le coup de Mitterand. Heureusement, il s'est trompé. Je trouve nombre de motifs de satisfaction dans cette élection. Un débat qui a progressé, une droite qui s'affirme comme droite et laissant ainsi une place à une gauche libérale, le laminage des extrêmes, la nécessaire rénovation de la gauche dinosauresque, l'élection d'un Sarkozy qui donne l'image d'un pays prêt à prendre un peu plus de risques. Néanmoins, nous sommes loin du compte. Le crédule que je suis hésitait entre l'abstention et le vote Sarkozy. Succombant au civisme du moindre mal, j'ai cédé au vote Sarkozy sous l'oeil furibond de Goucho et devant l'enthousiasme (mesuré il est vrai) de mes amis bloggers. On lira la longue mais belle analyse d'Edouard Fillias sur son blog. Alternative Libérale est une caisse de résonance dont les libéraux devront user. Sarko est considéré parfois comme libéral alors qu'il est un fervent défenseur d'un protectionnisme désuet dénommé parfois "pragmatisme". Le mot protéger est celui que j'ai entendu le plus souvent prononcé hier soir: il va falloir que la droite entame sa rénovation! 

Partager cet article

Published by Le crédule libéral - dans actualités
commenter cet article
5 mai 2007 6 05 /05 /mai /2007 00:02

Johan Norberg n'a pas dit un mot sur l'élection française. Si ce n'est en plein débat, mercredi soir, quand il s'est insurgé sur les erreurs de Ségolène concernant la Suède. "Ségolène Royal's mother talked, but she didn't listen"

Il est de bon ton de parler de choix entre "grippe et rage", ou entre "peste ou choléra" pour ce qui concerne notre élection présidentielle. Imaginons le choix draconien auquel a dû faire face le peuple américain dans le duel Bush-Kerry.
En 2004, l'hebdomadaire "the Economist" considéré comme le meilleur jugement de la planète par Johan Norberg, apportait son soutien à John Kerry. Voici ce qu'écrivait en sus Johan Norberg à propos de l'élection américaine  après avoir résumé ainsi les deux candidats: 
"Je n'approuve pas le choix des libertariens pour Bush. Je ne voterais pas pour Kerry ou Bush. La raison est que je ne veux pas encourager le vote dans une direction particulière. Parce que je vote toujours pour une raison spécifique, pour montrer ma sympathie, avec ce geste symbolique pour celui auquel je m'identifie, cela rend très difficile de voter pour un moindre mal quand il y a deux mauvais candidats. Mais je connais nombre de personnes qui voient d'autres raisons, et ne sont pas effrayées de se salir. Je n'ai pas de problème avec ce choix, et je ne veux pas les décourager. Bonne chance, maintenant. Tant que Ralph Nader n'est pas élu, cela me va."
On lira le choix de Madelin paru aujourd'hui. La gauche, en France, sous le regard de Bayrou a encore de quoi faire... dans l'opposition.

Partager cet article

Published by Le crédule libéral - dans actualités
commenter cet article
3 mai 2007 4 03 /05 /mai /2007 00:18
Il semble acquis que le salaire minimum n'aurait pas d'effets facilement mesurables sur le chômage. J'avoue que j'en doute un peu mais je ne suis pas économiste. En France, il est très haut, il crée sans doute du chômage. Quand il est au prix du marché comme en Grande-Bretagne (sans doute), en Irlande, en Nouvelle-Zélande, il fait de la figuration, a peu de conséquences et ne sert qu'aux politiques à se faire mousser. Alexandre Delaigue, l'Econoclaste revient sur ce sujet dans Libération. Pour lui, le salaire minimum est un moyen de subventionner les salaires des pauvres par les plus pauvres.

Les commentaires de cet article sont également intéressants. Morceaux choisis.
"
- Le SMIC interdit au chômeur d'accepter un travail en-dessous d'une certaine rémunération,
- il interdit à l'entrepreneur de créer un poste en-dessous d'un certain niveau de productivité."
"On pourrait néanmoins ajouter que les effets du Smic dépendent de son niveau et de la productivité des travailleurs à qui il est appliqué. Que le Smic américain, à un niveau très faible, ne conduise pas à une augmentation du chômage, n'est guère une surprise. A l'inverse si on applique le Smic français en Inde, il y a peu de doute que cela conduise au chômage et à (encore plus) de misère des millions de travailleurs Indiens.... L'IRES (dont les chercheurs sont peu suspects de complaisance avec le patronat) met en avant que la France a le plus haut Smic brut en proportion du salaire médian de toute l'Union Européenne (62% contre 42% pour le RU). Et il s'agit des Smic brut et non du coût du Smic (incluant les cotisations sociales), qui rendrait la situation française plus atypique encore."
"Il y certains postes où un salarié expérimenté n'arrive pas à se faire payer plus que le SMIC, et c'est lui la victime nunéro un de la réduction des inégalités salariales."
"Je suis beaucoup moins sûr que vous que le salaire minimum a un effet faible en France sur l'emploi. Les études que vous citez sont réalisées sur des pays oú le salaire minimum est très bas, alors qu'en France il touche 15% des salaries."

Partager cet article

Published by Le crédule libéral - dans actualités
commenter cet article
1 mai 2007 2 01 /05 /mai /2007 00:01
Trouvé dans Marianne du 14 au 23 avril, dans un article intitulé "Le modèle suédois. Est-ce si formidable que cela?" , on y voit les rois du dialogue social, les syndicalistes suédois, source d'inspiration pour Ségolène Royal ne pas trop se formaliser d'inéluctables délocalisations...
"Lors de sa visite chez Ericsson, Ségolène Royal a pu constater avec un certain étonnement que la formule tenait toujours le cap. Interrogé sur les dizaines de milliers d'emplois supprimés en 2000 par le géant de la téléphonie, Bent Fogelberg, le délégué de Landsorganisationen iSverige (LO), l'unique confédération syndicale, lui a tranquillement expliqué que rien ne servait de lancer des grèves contre des délocalisations inéluctables. La priorité consistait plutôt à obtenir le reclassement des licenciés. Ce qui semble avoir été le cas pour 90% d'entre eux chez Ericsson."

Partager cet article

Published by Le crédule libéral - dans vu-entendu
commenter cet article
30 avril 2007 1 30 /04 /avril /2007 23:59

Partager cet article

Published by Le crédule libéral - dans actualités
commenter cet article
29 avril 2007 7 29 /04 /avril /2007 00:03
Les libertariens représenteraient 13 % environ de l'électorat aux USA (voir theeconomist).  Cet électorat pour 72% aurait voté Bush en 2000. Néanmoins pris dans les contradictions de la politique de celui-ci, il semble y avoir désormais un rééquilibrage dans l'autre sens puisque 59% d'entre eux auraient voté Kerry. "Libertarians apparently became disillusioned with Republican overspending, social intolerance, civil liberties infringements, and the floundering war in Iraq. If that trend continues into 2006 and 2008, Republicans will lose elections they would otherwise win."

Partager cet article

Published by Le crédule libéral - dans actualités
commenter cet article
26 avril 2007 4 26 /04 /avril /2007 00:15
Jacques Marseille cite Frédéric Bastiat. C'est assez rare pour être remarqué! C'est la métaphore du commerce extérieur. Je ne l'ai pas trouvé chez Bastiat mais Yves Guyot l'a largement commentée. La sempiternelle balance du commerce serait une métrique attrape-nigaud!
"Il faut enfin rappeler cette fable que racontait l'économiste français Frédéric Bastiat dans les années 1840, qui résume tous les clichés que véhicule la position commerciale de la France. Il était une fois un capitaine au long cours qui acheta avec talent pour 1 million de francs de vin de Bordeaux pour l'exporter en Angleterre. La douane, vigilante, enregistra cette exportation pour 1 million. A Londres, la marchandise séduisit tellement les Anglais qu'ils en offrirent en livres sterling l'équivalent de 2 millions de francs. Bon commerçant, notre capitaine décida de les consacrer à l'achat de cotonnades qu'il choisit si bien que les fabricants de vêtements lui en offrirent 4 millions. Certes, notre capitaine avait fait fortune, mais il fut emprisonné pour cette activité coupable qui avait creusé le déficit commercial du pays de 3 millions de francs..."

Partager cet article

Published by Le crédule libéral - dans vu-entendu
commenter cet article
23 avril 2007 1 23 /04 /avril /2007 19:40
Cette élection est étonnante. La gauche archaïque est réduite à la portion congrue. Sarkozy fait le plein de ses voix. En assumant sa position à droite, il pousse la gauche dans ses retranchements. Celle-ci doit donc désormais se déplacer au centre... Devenir un peu plus social-démocrate et surtout un peu plus libérale. Les prochains quinze jours vont être à suivre avec attention. Dans cette perspective, on écoutera le Franc-parler sur France-Inter aujourd'hui. Une émission passionnante où les digues de la gauche semblent s'amollir. On y entendra un Kouchner ému et utopique. Kouchner se prend parfois les pieds dans le plat en critiquant le libéralisme et en réclamant plus d'état mais on lui pardonnera cette fois, empruntant le langage de ses adversaires comme pour mieux se faire comprendre. "Enfin, on va changer!" lance-t'il à la cantonnade. Gauche Totalitaire doit son nom de baptème aux archaïsmes de la gauche dénoncés par Jean-François Revel. Le rêve de Gauche Totalitaire, c'est aussi la modernisation de la gauche, le rapprochement de la gauche vers ce libéralisme qui faisait son histoire avant la naissance du socialisme. On est très loin de ce rêve impossible mais les choses peuvent un peu bouger ces jours-ci.
On lira avec intérêt l'analyse pertinente du francophile Daniel du lointain Venezuela, très impressionné par la qualité des graphiques et des données. Extraits...
"
The 2002 debacle is reverted, we know that 80% of France espouses strong democratic values and even when they want real reforms they want them in peace and democracy, be these reforms coming from the right or the left.... Thus if Royal does well in the debate I might find myself voting for her in two weeks while hoping that Sarkozy wins. But if she does not convince me I will find myself voting for Sarkozy hoping that her showing is good enough in the second round so that she will still be able to modernize the socialist party. In other words, if I vote for Sarkozy that might mean that he indeed will win by an 8 % margin." Traduction:
« La débâcle 2002 est oubliée, nous savons que 80% de la France embrasse des valeurs démocratiques fortes et même lorsqu'ils veulent de vraies réformes ils les veulent dans la paix et la démocratie, réformes venant de droite ou du gauche…. Ainsi si Royal se débrouille bien au cours du débat, je pourrais ainsi voter pour elle dans deux semaines tout en espérant que Sarkozy gagne. Mais si elle ne me convainc pas, je voterai pour Sarkozy espérant que son influence soit assez forte par la suite pour qu'elle puisse moderniser le Parti Socialiste...»

Partager cet article

Published by Le crédule libéral - dans actualités
commenter cet article
23 avril 2007 1 23 /04 /avril /2007 00:17
On lira avec intérêt le livre de Victoria Curzon Price, libérale suisse, ex présidente de la société du Mont Pélerin.
Selon elle, le libéralisme est une lutte contre toutes les formes de clientélisme. Mme Curzon-Price explique le phénomène des patrons-voyous par un manque d'éthique des patrons profitant d'entreprise dont l'actionnariat est dispersé. Elle avance que l'entreprise n'étant pas toujours porté à la concurrence mais plutôt au lobbying, c'est à l'État de veiller à garantir la concurrence,
État dont il faut veiller pourtant à réduire l'ampleur sous peine de lavage de cerveau.
Voici son interview parue dans Bilan.
"Le Libéralisme: Pourquoi ça marche?"
par Victoria Curzon Price, 224 pages, Ed. Favre, 2007.

Partager cet article

Published by Le crédule libéral - dans Livres
commenter cet article
20 avril 2007 5 20 /04 /avril /2007 00:07
Si la Chine accède au droit de propriété, c'est une avancée considérable.  Une étude réalisée par Hernando de Soto montre une corrélation statistique à 89 % entre le PNB par habitant et le respect des droits de propriété.

Partager cet article

Published by Le crédule libéral - dans fondations
commenter cet article
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog