Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • : Partagez l'itinéraire d'un électeur de gauche devenu un adepte de la mondialisation libérale. Employé d'une "world wide company", l'auteur vit la mondialisation au quotidien et ne s'en plaint pas. Peu de mouvements d'humeur, des faits et des chiffres!
  • Contact

Mon profil

Recherche

Réseau

5 mai 2012 6 05 /05 /mai /2012 10:52

Hollande a pu marquer les esprits lors du débat pour des raisons qui tiennent plus de la communication que de la politique. Il a slamé et sa pratique de l'anaphore lui a permis de marquer les esprits en appelant à un autre registre. Sa posture également a été plus solide que son adversaire (regard droit qui ne va pas chercher l'approbation des journalistes et plus grande immobilité qui donne plus de stature et évite le délitement en cas de difficultés). Néanmoins sa connaissance des dossiers m'a semblé faible à tel point que Sarkozy parfois l'a soulignée lourdement plutôt que de le suggérer (par le silence par exemple).

La publication d'une sobre déclaration des économistes libéraux dans le Wall-Street Journal me paraît pleine de bon sens. En supposant même que la politique de Hollande ne soit pas fondamentalement différente de celle de Sarkozy, il y a une autre raison pour laquelle il m'apparaît difficile de m'abstenir. Lors de l'entrée en fonction de Sarkozy, les présupposés et les clichés de gauche s'étaient un peu calmés dans les médias. Depuis les choses sont revenues en l'état et il faut à chaque fois décrypter les inférences des journalistes. La campagne a vu un véritable déchaînement de ce qu'on appelle parfois la propagande de gauche. J'ai de l'intérêt à écouter des penseurs de gauche comme Todd, Onfray et bien d'autres... voire même Badiou, mais j'ai plus de mal quand le moindre journaliste fait des inférences lourdes qui supposent le renforcement de l'état. Si la gauche a l'impression que la pensée unique est le libéralisme, j'ai le sentiment permanent du contraire. Oú est donc le tropisme?. Il me semble que Sarkozy, malgré son étatisme est un rempart face à ce déchainement constant. Mon expérience me fait croiser des jeunes qui apprennent à marcher sur la tête, qui pensent encore que ne pas trop travailler est une forme d'engagement politique, que le travail est l'expression même de l'exploitation de l'homme par le capitalisme, que l'entreprise privée le diable et Marx un penseur moderne. Je vais ainsi faire comme la grande majorité de mes compatriotes résidents en Suisse. Après avoir voté Bayrou, je vais voter pour le moindre mal, pour un altermondialiste de droite, pour le promoteur de la taxe Tobin, pour le traqueur d'exilés fiscaux, pour le protecteur des banques françaises et de leurs avoirs toxiques et bien d'autres horreurs... pour Sarkozy.

Partager cet article

Published by Le crédule libéral - dans actualités
commenter cet article

commentaires