Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • : Partagez l'itinéraire d'un électeur de gauche devenu un adepte de la mondialisation libérale. Employé d'une "world wide company", l'auteur vit la mondialisation au quotidien et ne s'en plaint pas. Peu de mouvements d'humeur, des faits et des chiffres!
  • Contact

Mon profil

Recherche

Archives

Réseau

20 janvier 2010 3 20 /01 /janvier /2010 18:55

On trouvera ci-dessous une reprèsentation des chamailleries qui parsemèrent la naissance du parti socialiste au début du XXème siècle.
Les socialistes avaient inventé une forme de théâtre mélodramatique avec dans le rôle du méchant, le capitalisme. Dans le rôle du gentil : la classe ouvrière. Les sentiments et les aventures de ce théâtre était rivés à l'aune de la lutte des classes et de l'avènement du prolétariat. On passait des émotions les plus extrêmes : joies ponctuées par l'internationale aux insultes vengeresses jusqu'à parfois la damnation et l'exclusion. Jean Jaurés faisait parfois office de vilain petit canard car il avait osé avançer en France sur un terrain réformiste qui préfigurait la social-démocratie. Voir article précédent sur Jaurès, socialiste libéral.  Le parti socialiste est-il toujours guesdiste?


Jean Jaurès Jules Guesde (Lénine, Rosa Luxemburg)

« En France, l'influence politique des juifs est énorme, mais elle est, si je puis dire, indirecte. Elle ne s'exerce pas par la puissance du nombre, mais par la puissance de l'argent. "

"La république n'existera qu'au jour où Rotschild sera devant un peloton d'exécution"

 il n'y a qu'une race, l'humanité! « Si c’est être autoritaire, en effet, que de ne pas vouloir comme certains orateurs de Montmartre “la liberté pour les capitalistes comme pour les travailleurs”, – alors oui, nous sommes autoritaires. »
C'est une injustice meurtrière de nous reprocher les fautes, les crimes de ceux que nous ne soutenons que pour empêcher des crimes plus grands ! » Il serait temps que l'on se rappelât que le socialisme n'a pas pour objectif la libération d'un capitaine d'état-major, mais l'affranchissement du prolétariat.

Aller à l'idéal et comprendre le réel".

 

Vous dîtes et vous concluez que vous aviez raison dans la campagne Dreyfus parce qu'elle a conduit Millerand dans le cabinet de Waldeck Rousseau. Je dis mois, que là est la condamnation définitive de votre campagne.
   
Et c'est ainsi que nous voulons discuter encore ;et nous voulons préparer au grand jour la grande unité socialiste, la grande fraternité socialiste, par la lumière, par la raison, par l'organisation ; et cela pour faire d'abord oeuvre de réforme, et dans la réforme, oeuvre commençante de révolution ; car je ne suis pas un modéré, je suis avec vous un révolutionnaire. Le Millerandisme est l'expérience la plus considérable en matière d'application de la tactique politique révisionniste sur une grand échelle. Lénine
Nous accusons le détestable système de morcellement socialiste qui empêche les explications de se produire, les consciences de s'affirmer. Le Parti Socialiste, parti de classe ne saurait devenir sous peine de suicide un parti ministériel.
Ce qu'il faut exclure c'est l'esprit d'exclusion! Jean Jaurès est un dupeur et un menteur!
Jules Guesde a le génie de la simplification

Il faut couler, sans distinction de pilote, le vaisseau qui porte la classe capitaliste et sa fortune

 

 

"Et voilà pourquoi l'objet essentiel du socialisme, collectiviste ou communiste, est de transformer
la propriété capitaliste en propriété sociale" 
Ce que nous pouvons et devons faire dans la présente société, c'est d'obtenir pour les travailleurs le plus d'avantages immédiats possibles. Il ne s'agit pas de faire du socialisme dans le milieu actuel... Il s'agit d'arracher à ce milieu, sous quelque forme que ce soit, une vie meilleure, moins de travail et plus de liberté pour le prolétariat, ainsi mieux armé pour opérer lui-même son affranchissement final..
Oû l''erreur commence, c'est lorsqu'on attend la chute soudaine du capitalisme et l'avènement soudain du prolétariat... Vous vous faîtes le défensuer des dernières combinaisons de la diplomatie capitaliste. Vous nourrissez les illusions des apôtres bourgeois de la paix."  Rosa Luxemburg avec Lénine
- Donc, pour qu'il y ait vraiment lutte des classes, pour que tout le prolétariat organisé
entre en bataille contre le capitalisme, il ne suffit pas qu'il y ait antagonisme des intérêts entre les capitalistes et les salariés, il faut que les salariés espèrent, en vertu des lois mêmes de l'évolution historique, l'avènement d'un ordre nouveau dans lequel la propriété cessant d'être monopoleuse, cessant d'être particulière et privée, deviendra sociale, afin que tous les producteurs associés participent à la fois à la direction du travail et au fruit du travail.
Seulement, à mon avis, Jean Jaurès a été très imprudent en invoquant ce qu'il appelle un principe, et ce que j'appelle, moi, un fait : la lutte de classes.
"Ce n'est pas nous qui sommes les destructeurs de la propriété individuelle. Nous en serons au contraire les restaurateurs"

 

Il ne peut rien y avoir de changé dans la société actuelle tant que la propriété capitaliste n'aura pas été supprimée et n'aura pas fait place à la propriété sociale, c'est à dire à votre propriété à vous.

Facile de parler en général de lutte des classes, mais il faut examiner chaque cas particulier. Il ne suffit pas de connaître la direction générale des vents oour déterminer d'avance le mouvement de chaque arbre, le frisson de chaque feuille de la forêt.

 

Jean Jaurès fait fi de la lutte des classes, de la solidarité internationale. Rosa Luxemburg

Références : Le Grand Jaurès de Max Gallo/ Le grand débat : Jaurès-Lafargue-Guesde  

Partager cet article

Repost 0
Published by Le crédule libéral - dans fondations
commenter cet article

commentaires

de gauche et tout ce qu'il ya de plus fier 02/10/2010 23:37



utiliser des écrits de max gallo pour étudier Jaurès est à l'image de ce blog...cet historien est conservateur, voire réactionnaire. L'illustration de ce que l'histoire qu'on nous vend (surtout
lui...) est subjective et politique.


L'intutilé de ce blog, son titre et les qq contenus que j'ai survolé vont à l'encontre de tout ce qui pourrait un minima justifier son existence : tout ça ne fait que justifier la
censure chinoise, au hasard !


Si internet doit permettre la liberté d'expression de tous et de ceux qui se préntendent ex-de gauche et néo libéral, quel intérêt ? d'une banalité consternante...


autant censurer !