Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • : Partagez l'itinéraire d'un électeur de gauche devenu un adepte de la mondialisation libérale. Employé d'une "world wide company", l'auteur vit la mondialisation au quotidien et ne s'en plaint pas. Peu de mouvements d'humeur, des faits et des chiffres!
  • Contact

Mon profil

Recherche

Archives

Réseau

24 juin 2007 7 24 /06 /juin /2007 08:20
Muscat : sultanat d'Oman. Entre mer et montagne, cette destination est un havre de tranquillité pour les touristes et les sportifs. Une tornade a dévasté une partie de la ville. Les plages sont impraticables, le centre-ville est provisoirement sans électricité. Pourtant, Oman est un petit paradis. Les commerçants débordent d'honnêteté. Il n'y a que quelque chat squelettique, au regard insolent qui puisse être agressif. Derrière l'abondance et la belle architecture sentant le neuf comme une cire d'abeille, en prenant un pas contraire, on croise parfois une apparence de dénuement. Ferrailles dépassant des combes, toits éreintés, poussières de chantier, murs laissés pour compte et plastiques flottant au gré du vent. Nombreuses sont les petites échoppes s'occupant de la maintenance des appareils électroniques et des téléphones. Une véritable industrie. Les autochtones, riches d'un pétrole abondant, ont réussi à rendre cette côte adossée au rocher, forte accueillante. Parfois on se croirait même sur une autre planète. L'entrée de Muscat est particulièrement spectaculaire. Une promenade magnifique  déroule ses dalles le long du port. À chaque pose, des statues de pierre affichent un méli mélo de dauphins aspirant à l'envol. Devant l'horizon, les lourds cargos formant un rideau d'acier aux larges pans de couleur. Des petits vaisseaux en bois en cheval d'arçon, prêts à arpenter les vagues, se laissent bercer, amarrés à quelques encablures du port. A droite, des adolescents jouent au cricket dans une palmeraie avec tout le sérieux que la chaleur leur octroie. Les hommes portent une robe blanche, un petit chapeau rond et léger. Les femmes, elles, sont en noir des pieds à la tête. À peine un petit liseré sur la robe pour apporter une touche personnelle. A l'opposé de la baie, on distingue une splendide mosquée surmontée d'une grosse boule bleue chamarrée. A l'horizon, la porte de Muscat apparaît sur un rocher, immense champignon tout rond et blanc laiteux. Derrière la grande arche, couleur de terre, évidence logique des petits fortins qui fleurissent aux abords de Muscat, La vieille ville offre alors aux visiteurs le magnifique palais du Sultan précédé d'une longue allée de pierre. Oman aime le business mais discrètement. Loin des magnificences arrogantes de Dubaï, Oman est la petite Suisse de la région, me dit un Pakistanais. Je croise au restaurant un groupe de jeunes et belles femmes devisant et portant un même sari aux teintes jaunes mordorés et de fières lunettes de soleil. Oman vit un islam quiet.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le crédule libéral - dans fondations
commenter cet article

commentaires