Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • : Partagez l'itinéraire d'un électeur de gauche devenu un adepte de la mondialisation libérale. Employé d'une "world wide company", l'auteur vit la mondialisation au quotidien et ne s'en plaint pas. Peu de mouvements d'humeur, des faits et des chiffres!
  • Contact

Mon profil

Recherche

Archives

Réseau

17 mars 2007 6 17 /03 /mars /2007 00:02
Goucho peut se moquer. En lisant Harmonies Économiques de Bastiat, je me sens comme une espèce de dévot, grappillant nombre de réflexions qui s'applique à notre présent. On trouvera dans le chapitre du moteur social cette diatribe contre ceux qui refusent de croire dans la dynamique d'organisation spontanée des masses. (pour reprendre le vocabulaire de Goucho)
"On ne souffrira pas d’oisifs dans la république ; on distribuera convenablement la population entre les villes et les campagnes; On avisera à ce qu’il n’y ait ni des riches ni des pauvres, etc., etc."

Ces formules attestent chez ceux qui les emploient un orgueil incommensurable. Elles impliquent une doctrine qui ne laisse pas au genre humain un atome de dignité.
Je n’en connais pas de plus fausse en théorie et de plus funeste en pratique ; Sous l’un et l’autre rapport, elle conduit à des conséquences déplorables. Elle donne à croire que l’économie sociale est un arrangement artificiel, qui naît dans la tête d’un inventeur. Dès lors, tout publiciste se fait inventeur. Son plus grand désir est de faire accepter son mécanisme ; Sa plus grande préoccupation est de faire detester tous les autres, et principalement celui qui naît spontanément de l’organisation de l’homme et de la nature des choses. Les livres concus sur ce plan ne sont et ne peuvent être qu’une longue déclamation contre la Société.."

Partager cet article

Repost 0
Published by Le crédule libéral - dans fondations
commenter cet article

commentaires