Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • : Partagez l'itinéraire d'un électeur de gauche devenu un adepte de la mondialisation libérale. Employé d'une "world wide company", l'auteur vit la mondialisation au quotidien et ne s'en plaint pas. Peu de mouvements d'humeur, des faits et des chiffres!
  • Contact

Mon profil

Recherche

Archives

Réseau

9 février 2007 5 09 /02 /février /2007 08:09
Voici les grandes lignes du programme du Parti Socialiste proposé vers 1880. (référence: La Tyrannie Collectiviste - Yves Guyot)
  • "Le travail est la source de toute richesse et de toute civilisation, et comme un travail profitable à tous n'est possible que par la société, le produit général du travail devrait appartenir à la société, c'est-à-dire, à chacun de ses membres.
  • Les classes ouvrières ne peuvent pas transférer les moyens de production à partir du privé vers la propriété collective, sans avoir acquis la puissance politique... Les classes ouvrières socialistes s'efforcent d'établir par tous les moyens légaux un état libre et une société capitaliste, d'écraser la loi d'airain des salaires par la suppression du système du salariat, de faire cesser l'exploitation sous toutes ses formes, d'écarter toute inégalité politique et sociale. Le parti ouvrier socialiste allemand, afin de préparer les voies à la solution de la question sociale, revendique la fondation d'associations productives socialistes, à l'aide de l'État, sous le contrôle démocratique du peuple ouvrier.
  • Suffrage universel direct (proposition disparue par la suite)
  • Législation directe par le peuple, particulièrement le pouvoir de décider sur des questions de guerre ; armement universel au lieu des armées permanentes;
  • Suppression de toute loi ou mesure opposée à la liberté de la presse, des réunions publiques, des coalitions et juridiction par le peuple ;
  • Éducation universelle d'État dans toutes les branches ;
  • Un seul impôt progressif sur le revenu, la propriété  et sur les successions suivant l'importance de l'héritage et le degré de parenté
  • Droit de coalition sans limites
  • Un travail journalier limité à un maximum de huit heures. ;
  • La prohibition du travail de dimanche ;
  • La prohibition du travail des enfants et du travail des femmes probablement nuisible à la santé ou à la moralité ;
  • Un intervalle du repos non interrompu, au moins de trente-six heures hebdomadaire, pour chaque ouvrier.
  • Lois pour la protection de la vie et de la santé des ouvriers ;
  • Loi pénale sur la responsabilité des employeurs ;
  • Règlement du travail dans les prisons
  • Surveillance de toutes les usines, règlement des conditions du travail dans les villes et dans le pays par un office de l'emploi... Hygiène industrielle à imposer strictement.
  • Le même statut juridique pour les travailleurs agricoles et domestiques. Suppression des règlements au sujet de serviteurs.
  • Assurance de travail entièrement à la charge de l'état"
Pour le libéral Yves Guyot en 1880, le plus choquant dans le programme socialiste est la substitution de l'État au contrat. C'est l'État qui décide des avancées sociales et non plus l'individu en négociant gré à gré. Au vu des revendications exposées, il est fascinant de constater que la plus grande part du programme socialiste a été appliquée en France. La nationalisation de l'ensemble des entreprises, l'interdiction du travail des femmes sont parmi les seules propositions qui n'ont pas vu le jour.
Comment le capitalisme a-t'il pu absorber l'essentiel de ces revendications sans devenir pour autant socialiste? En conservant le principe le plus important de la déclaration des droits de l'homme: En respectant les droits de propriété...
L'intrusion de l'Etat atténue l'efficacité du capitalisme à juguler la précarité. Il crée une violence qui laisserait entendre que les rapports de classe perdurent. donnant toujours du grain à moudre à la gauche se réclamant d'un Socialisme désuet. Le Parti Socialiste a peu d'imagination car il est resté rivé à ses figures ancestrales. Dans cette veine, à l'image de son dernier programme, il lui ne reste qu'à inventer de multiples tracasseries (voir son programme).

Partager cet article

Repost 0
Published by Le crédule libéral - dans fondations
commenter cet article

commentaires