Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • : Partagez l'itinéraire d'un électeur de gauche devenu un adepte de la mondialisation libérale. Employé d'une "world wide company", l'auteur vit la mondialisation au quotidien et ne s'en plaint pas. Peu de mouvements d'humeur, des faits et des chiffres!
  • Contact

Mon profil

Recherche

Archives

Réseau

15 juillet 2007 7 15 /07 /juillet /2007 00:06
On lira cet article de Jamie Whyle, prix Bastiat 2006, libéral iconoclaste. Pour lui, vouloir rendre l'éducation libre et gratuite est une vieille idée aux relents marxistes. "Si les écoles sont libres, les parents choisissent de préférence la plus réputée et ainsi la moitié se retrouve déçue. ... Si les écoles étaient privatisées, on éliminerait l'inégalité instantanément. La demande des uns pour de hautes écoles augmenterait le prix de celles-ci, alors que le manque d'intérêt pour une université la forcerait à offrir une remise. Ce processus continuerait jusqu'à ce que la différence de prix entre les écoles correspondent à la différence de valeur entre les deux écoles pour les parents. Les parents qui étudient le rapport qualité/prix ne préféreraient plus une école à l'autre.
Ceux qui sont disposés à dépenser plus que la moyenne préféreront la haute école de Snodbury ; les autres préféreront l'université. Une bonne école chère contre une mauvaise école bon marché: c'est un vrai choix. Une bonne école libre contre une mauvaise école libre : ce n'en est pas un!"

Partager cet article

Repost 0
Published by Le crédule libéral - dans actualités
commenter cet article

commentaires

archaea 08/09/2007 09:43

et pour ceux qui n'ont pas d'argent et qui veulent aller dans les écoles de la haute???

Robert Marchenoir 21/07/2007 17:19

Ce n\\\'est pas "une bonne école libre", mais "une bonne école gratuite".
Par ailleurs je trouve ce raisonnement plein de trous, de cynisme, ou les deux. Mais j\\\'ai un peu la flemme de le réfuter là maintenant.