Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • : Partagez l'itinéraire d'un électeur de gauche devenu un adepte de la mondialisation libérale. Employé d'une "world wide company", l'auteur vit la mondialisation au quotidien et ne s'en plaint pas. Peu de mouvements d'humeur, des faits et des chiffres!
  • Contact

Mon profil

Recherche

Archives

Réseau

11 février 2007 7 11 /02 /février /2007 00:15
J'ai le souvenir du feuilleton des années "Les Incorruptibles". Le héros s'appelait Elliott Ness. Il portait des bretelles et un porte-flingue sous l'aisselle. Il bataillait avec un courage sans égal contre la pègre de Chicago qui organisait la contrebande de l'alcool.
Nous sommes quelques jours peu après les émeutes des banlieues de 2005.
Émission sur TF1. Le policier français en civil, avec un dévouement sans égal, fait la planque plusieurs heures pour surprendre deux adolescents en train de s'échanger du haschisch. On le voit harcèler avec patience ces jeunes jusque dans les allées des immeubles où ils se réunissent. La prohibition de l'alcool dans les années trente a été un échec. Il y a fort à parier que la lutte contre la consommation de cannabis soit illusoire. La mise en scène spectaculaire du feuilleton américain cache l'inanité de la quête des Incorruptibles. Par contre, les policiers français, sous le montage rapide télévisuel, apparaissent sous un halo pathétique. En fin de reportage, un jeune policier énonce son désir de mutation devant ce qui lui semble être une vaine activité.  La tolérance n'implique pas d'augmentation significative de la consommation.  On a parfois le sentiment que pour vouloir interdire l'avortement, il faut avoir des actions dans des cliniques d'avortement illégal, car l'avortement après libéralisation reste à un niveau statistique acceptable. Même chose avec la drogue. L'immobilisme actuel ne semble pas juguler l'augmentation des consommateurs. De plus, l'Etat loin de nous offrir la liberté dont il se targue, loin de s'arrêter à des campagnes d'information qui seraient largement suffisantes dans ce cas, aime à nous punir, à contrôler notre façon de vivre pour notre sécurité. L'État protège mal les citoyens des uns des autres alors il compense en tentant de protéger chacun de lui-même. Cela n'empêche pas ses éminents représentants d'abuser (cf. l'émission TV italienne qui a testé plusieurs députés à l'utilisation de drogues) parfois de ce qu'ils nous interdisent.
La libéralisation fait peur pourtant elle a plus d'avantage que d'inconvénients. L'ouverture de magasins spécialisés permettrait de contrôler la qualité du produit et la teneur en THC. La limite d'âge éviterait l'accès aux plus jeunes. Des recettes fiscales seraient dégagées. De plus tous les efforts dépensés inutilement par la répression pourrait être utilisés à d'autres fins et d'autres priorités. Dans la tendance actuelle où l'intervention de l'Etat semble être très la panacée, cette libéralisation redonnerait un peu de sens au mot responsabilité.
Dans le même sens, on lira cet article à propos des pays pourvoyeurs de drogue :*right and simple".
"The right thing to do, of course, is to legalize the stuff and conduct a public-education campaign against its use. It works with tobacco, and it would work with illegal drugs. Thousands of people are criminalized for no good reason except a bunch of stupid laws on the books and politicians too cowardly to change them."

Partager cet article

Repost 0
Published by Le crédule libéral - dans fondations
commenter cet article

commentaires