Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • : Partagez l'itinéraire d'un électeur de gauche devenu un adepte de la mondialisation libérale. Employé d'une "world wide company", l'auteur vit la mondialisation au quotidien et ne s'en plaint pas. Peu de mouvements d'humeur, des faits et des chiffres!
  • Contact

Mon profil

Recherche

Réseau

4 décembre 2006 1 04 /12 /décembre /2006 09:55
Après quatre ans d'effort pour informer le monde des dérives de Chavez, Daniel est désespéré. Paradoxalement, il se sent libéré également. Tout est fini. Ironiquement, jamais son blog a aussi bien marché et il a même eu droit à la BBC. Voici ce qu'il a écrit hier soir pour célébrer ce jour funeste où la démocratie a disparu du Venézuela. Nous ne pouvons même pas lui exprimer une solidarité issue de France car, aveuglés par un antiaméricanisme d'opérette, nous ne sommes certainement pas une majorité en France à considérer Chavez comme un petit dictateur néfaste pour son pays.
"C'est un autre monde. Cela n'est plus mon pays, désormais. Ce n'est pas le Venezuela avec lequel je peux communiquer. Ils (les partisans de Chavez) peuvent se vanter, ils peuvent humilier le voisinage. Ils ne s'inquiètent pas parce que le pays leur appartient, du moins le pensent-ils. Ils ont raison en partie, ce n'est certainement plus mon pays.
Et aujourd'hui l'historien d'amateur en moi se rend compte ainsi qu'il a eu le privilège d'être témoin d'un jour historique, le jour où la démocratie a quitté le Venezuela. Nous avons perdu la démocratie. On peut le voir dans le discours vulgaire de Chavez après sa victoire...
Ce soir je me sens étrangement libéré parce que tous mes engagements envers le Venezuela ont cessé. Je n'ai pas besoin de m'inquiéter plus pour son futur. Il n'y a aucun rôle pour moi dans ce futur...
Il est temps de m'occuper de moi-même, le Venezuela n'a plus besoin de moi et j'ai besoin seulement de la lumière de ses après-midis tropicaux pour me donner de l'allant, ou de ses déluges de saison des pluies pour donner du rythme à ma vie..."

Partager cet article

Repost0

commentaires