Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • : Partagez l'itinéraire d'un électeur de gauche devenu un adepte de la mondialisation libérale. Employé d'une "world wide company", l'auteur vit la mondialisation au quotidien et ne s'en plaint pas. Peu de mouvements d'humeur, des faits et des chiffres!
  • Contact

Mon profil

Recherche

Archives

Réseau

18 octobre 2006 3 18 /10 /octobre /2006 00:07
Luc Ferry est invité à Genève le 12 octobre dernier pour une conférence sur le thème "Handicap d'hier, d'aujourd'hui et de demain" par l'institution EPSE. Sa démonstration commence par l'évocation de ses années au ministère de l'éducation où il lui semblait difficile de faire passer l'idée d'intégrer des handicapés dans les classes. Il avance une explication qui dépasse largement le cadre du sujet. Résumé.
L'histoire de nos relations à la folie et aux troubles mentaux a mis en exergue deux modèles:
  • le modèle de l'idiot du village ou le fou faisait partie de la vie quotidienne.
  • Le modèle de l'enfermement où le fou devait être soigné (voir le film Vol au dessus d'un nid de coucou)
Depuis le moyen-âge et jusqu'au début du XXème siécle, le premier modéle a prévalu. Le second plus proche du rationalisme moderne atteint son apogée dans les années 70-80 avec l'antipsychiatrie. Ainsi, le fou dans le premier modéle étant considéré comme inférieur et ne faisant pas partie du même monde était plus aisément toléré dans la vie quotidienne et ne provoquait pas la peur. A partir de Freud et de la psychanalyse, ce fou est devenu un autre nous-même, il est devenu un sujet. Ainsi, il provoque la peur et sa mise à l'écart est une manière de combattre cette peur. Ainsi pour Luc Ferry, si l'on compare notre réaction face à la folie au racisme, ce dernier ne serait pas le produit d'un irrespect ou d'une peur de l'autre comme "la vulgate soixante-huitarde" le crie sur les toits. Il serait la résultante d'une idée inverse: la "peur du même".

Partager cet article

Repost 0
Published by Le crédule libéral - dans fondations
commenter cet article

commentaires

Thierry 22/10/2006 12:38

les gauchistes dénigrent les intelectuels de droite
et portent aux nus les artistes de sensibilité de gauche
 
cela a toujours été ainsi hélas
 
très bon blog
 
 

RICHARD 22/10/2006 00:37

"le racisme c'est la confussion entre l'identité et l'appartenance" michel serre