Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • : Partagez l'itinéraire d'un électeur de gauche devenu un adepte de la mondialisation libérale. Employé d'une "world wide company", l'auteur vit la mondialisation au quotidien et ne s'en plaint pas. Peu de mouvements d'humeur, des faits et des chiffres!
  • Contact

Mon profil

Recherche

Archives

Réseau

6 janvier 2007 6 06 /01 /janvier /2007 00:09
Bernard Maris, économiste d'ATTAC, dans son premier manuel d'anti-économie décrit les inconsistances selon lui de la théorie économique. Nombreux sont les lecteurs qui ont du se convertir à l'antilibéralisme à la suite de ce livre. Je ne parle pas du second tome qui vient de sortir et dont quelques blogs ont déjà parlé. (voir econoclaste par exemple).
Pour Maris, au premier tome, l'économie n'est pas une science exacte et "Le marché est un vaste bordel". Tous les économistes qui ont l'arrogance de vouloir aller plus loin sont des imbéciles comme Camdessus, le directeur du FMI, à la suave langue de bois. Maris dresse un tableau érudit de la science économique à travers ses récents prix nobels. Debreu (1988) démontre l'équilibre des marchés et d'une certaine manière la théorie de la main invisible. Stiglitz (2001) montre que si les conditions idéales ne sont pas respectées, l'équilibre des marchés ne se produit pas.
Pour Maris, le libéralisme est un leurre. Il déclare son admiration pour Keynes et Marx. Sa haine de Milton Friedman est sans limites.
Trois évènements ont choqué Maris en 1999 pour se lancer dans l'écriture de ce livre "plein de fièvre et de révolte" : l'affaire Enron, la faillite de l'Argentine et "La grande désillusion", le livre de Joseph Stiglitz rendant responsable le FMI des faillites successives. Si on regarde les trois raisons de la création de ce livre, on remarque qu'en quelques années, si l'économie capitaliste avait commis un odieux massacre, elle a passablement redressé la situation. L'affaire Enron a provoqué la mise en place de mécanismes de régulation comme Sarbanes-Oxley (trop contraignants pour les entreprises) et les responsables ont été jugés. L'Argentine va beaucoup mieux comme la plupart des pays que le FMI (institution plutôt keynesienne que libérale) a utilisé comme cobayes. Ainsi, avec le recul, on peut s'imaginer que les arguments de Maris ne sont pas aussi déterminants qu'ils paraissaient à court terme ou bien que le FMI a corrigé le tir. On peut s'imaginer que les fonctionnaires en costume bleu du FMI décrits par Stiglitz, appliquant à la lettre leurs recettes caricaturales matinées de libéralisme, dans un environnement où souvent foisonnait la corruption, sans tenir compte des conséquences de leurs réformes, s'ils ont provoqué des catastrophes à court terme, n'ont pas mis ses pays à genoux à long terme... Ainsi l'action du FMI, présentée comme apocalyptique, faisant naître en réaction des créatures politiques comme Chavez, appliquée par des fonctionnaires zélés et procéduriers, sans jamais tenir compte des réalités concrètes, aurait-elle fini par être plus efficace qu'on veuille bien le dire? A suivre... On écoutera Camdessus en septembre 2006 à propos du FMI dans l'émission l'économie en questions sur France-Culture.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le crédule libéral - dans questions
commenter cet article

commentaires

Le Cr�dule lib�ral 23/04/2008 18:59

Merci Julien. Il est possible que j'ai manqué de recul sur ce clivre. Je suis un novice en économie, mais cette science me passionne aujourd'hui. Néanmoins, j'ai du mal à comprendre Bernard Maris. Pour moi, il est foncièrement érudit sur la question. En ce sens, il n'est pas surprenant qu'il enseigne aux US. Je crois avoir compris également à travers ses propres aveux qu'il fait montre aux US d'une bonne éducation et ne saute pas autant dans les plats qu'il le fait en France. Son érudition lui a fait perdre "la big picture". Il considère l'économie comme une mécanique trop turbulente pour hasarder des théories. Même dans le monde du hasard, on peut dégager des lois, Maris refuse de dégager quoi que ce soit, seulement cette image du bordel ambiant de l'économie. Il me semble qu'on peut être humble et peu dogmatique tout en ayant une vision d'ensemble.

Julien 22/04/2008 18:17

Je pense que vous n'avez pas lu ce livre avec assez de recul, l'anti manuel d'économie est un outil de compréhension de l'économie et n'est pas un outil de propagande comme vous le laisser à penser.NB Bernard Maris est professeur à Harvard, fleuron des universités capitalistes. Pensez y