Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • : Partagez l'itinéraire d'un électeur de gauche devenu un adepte de la mondialisation libérale. Employé d'une "world wide company", l'auteur vit la mondialisation au quotidien et ne s'en plaint pas. Peu de mouvements d'humeur, des faits et des chiffres!
  • Contact

Mon profil

Recherche

Archives

Réseau

20 mars 2007 2 20 /03 /mars /2007 00:07
Cet article provoquant de l'Institut Constant de Paolo Pamini:  "Les syndicats appauvrissent les employés". Extraits "Selon le mythe, les syndicats auraient contribué à la hausse des salaires et à de meilleures conditions de travail. Dans une économie relativement libre, les salaires tendent à croître nécessairement. Le protectionnisme des emplois contribue directement ä la fossilisation du marché du travail et au chômage. Cette vérité s'observe particulièrement là oú les syndicats bénéficient de privilèges locaux étendus, comme en France, en Allemagne et en Italie. Le chômage y est anormalement élevé, en particulier chez les jeunes, en raison du coût surfait du travail, qui dissuade les employeurs d'engager davantage de personnel, voire les incite ä délocaliser. La Suisse a pu éviter jusqu'ici les dégats d'un syndicalisme exacerbé. Ce n'est pas par hasard si les salaires y sont en moyenne prés de deux fois plus élevés qu'en France. La tendance actuelle à la radicalisation des syndicats suisses est d'autant plus grave que la Suisse a fait l'erreur, dans sa nouvelle constitution, de rendre licite la grève et le lock-out, deux pratiques qui ne sont rien d'autre qu'une spoliation des propriétaires de l'entreprise. Les syndicats n'ont rien à faire valoir à leur actif. Même la diminution du temps de travail est une conséquence du progrès économique, l'augmentation de la productivité requérant moins de travail pour obtenir le même résultat.
Les employeurs ont également un intérêt évident à offrir à leurs employés des postes de travail sûrs et adaptés... Mais cela ne vaut bien sûr que sur un marché du travail libre et concurrentiel, ce que les syndicats sapent sans relâche en préconisant maintes réglementations.
Le syndicalisme est un phénomène historique dépassé, issu de mythes économiques depuis longtemps réfutés. Que les syndicats  ne servent à rien se reflète aussi dans la diminution constante de leur nombre de membres en dépit d'une population active qui n'a cessé de croître: la proportion syndiquée n'atteint pas plus de 18%, dont la plupart travaillent dans le secteur public. Un employé syndiqué paie à ses protecteurs entre 300 Francs et 600 francs par an: il serait mieux inspiré de garder cet argent pour lui."
On pourra lire la charte fondatrice d'Amiens, victoire des syndicalistes "modérés" français sur les Guesdistes qui propose : "le syndicat prépare l'émancipation intégrale, qui ne peut se réaliser que par l'expropriation capitaliste..." Ce sujet fait également débat aux USA ici et.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Crédule libéral - dans fondations
commenter cet article

commentaires