Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • : Partagez l'itinéraire d'un électeur de gauche devenu un adepte de la mondialisation libérale. Employé d'une "world wide company", l'auteur vit la mondialisation au quotidien et ne s'en plaint pas. Peu de mouvements d'humeur, des faits et des chiffres!
  • Contact

Mon profil

Recherche

Réseau

7 août 2006 1 07 /08 /août /2006 00:08
Le cycle vertueux du libéralisme peut se décrire à partir de l'exemple de l'Irlande. Contrairement à ce que l'on pense, l'Irlande ne doit pas sa réussite aux subventions européennes, mais plutôt à une politique volontariste et libérale. Selon Paolo Pamini de l’Institut Constant de Rebecque...
"La croissance de l’Irlande a décollé à partir de 1995 grâce à la politique économique d’inspira­tion libérale insufflée par le petit parti créé dix ans plus tôt par Mary Harney, les Progressive Democrats. Malgré un faible nombre de dépu­tés, ce mouvement sut convaincre son allié, le parti majoritaire conservateur, Fianna Fail, de diminuer le poids de l’Etat. La baisse du taux des prélèvements obligatoires sur le travail a donné l’impulsion initiale: il est tombé de 37% à 19%... Le taux de l’impôt sur les bénéfices des sociétés a baissé, lui, de 50% à 12,5%, ce qui s’est traduit par un cercle vertueux sans précédent: les entreprises ont réinvesti leurs bénéfices, leur permettant d’augmenter ensuite leur chiffre d’affaires, l’emploi, la demande de biens et de services et… les bénéfices des années suivantes. Résultat: le chômage a diminué de 11,7% au milieu des an­nées 1990 à 4,4% actuellement. Sur la même période, les exportations ont augmenté de 30 à 84 milliards d’euros en dix ans! Le produit in­térieur brut est passé en même temps de 80% à 106% de la moyenne de l’Union européenne...
En diminuant drastiquement les impôts et en contrôlant les dépenses publiques, l’Irlande a encouragé la prise de risques et le travail productif. Les subventions de l’UE, depuis 1973, ont tout au plus retardé ce succès. Jamais l’aide étatique n’a d’ailleurs permis de gain d’efficacité: les catastrophes socialistes du XXe siècle ou l’Afrique actuelle le montrent à profusion."

Partager cet article

Repost0

commentaires