Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • : Partagez l'itinéraire d'un électeur de gauche devenu un adepte de la mondialisation libérale. Employé d'une "world wide company", l'auteur vit la mondialisation au quotidien et ne s'en plaint pas. Peu de mouvements d'humeur, des faits et des chiffres!
  • Contact

Mon profil

Recherche

Archives

Réseau

22 décembre 2006 5 22 /12 /décembre /2006 00:03
Guy Sorman dans son excellent livre "Le progrès et ses ennemis" laisse entendre que les poètes ne seraient pas tout à fait des intellectuels. Ce livre est d'ailleurs passionnant si on ne veut pas se mirer sans réfléchir dans les trompe l'oeil écolos. Rappelons que Jean-François Revel, intellectuel éclectique, a écrit une anthologie poétique.
Je n'aime pas cette idée que le libéral par essence soit ce jeune cadre dynamique, collet monté. Le poète est un artisan des mots. Il n'est même pas toujours nécessaire d'être un chef d'entreprise pour être un libéral. Il est nécessaire de vouloir être libre dans une société libre et d'assumer ses choix, d'être l'entrepreneur de soi-même en quelque sorte! Il me semble d'ailleurs que c'est dans les sociétés les plus libres qu'on trouvera le plus de marginaux et d'originaux qui ne suivent pas le chemin tracé par la majorité. Le décalage et la marge possible sont aussi des signes de liberté dans une société. Le libéral est aussi celui qui, sans vivre aux crochets de la société, fait le choix de travailler, saisonnier ou intermittent (dans le sens noble du terme), quand et comment cela lui chante. L'image du libéral artiste ou détournée du "branlo assumé" ne me gêne pas. Bien au contraire. Dans un pays de plein emploi, il est plus facile de vivre ce genre de choix sans avoir une épée de Damoclès sur la tête.
Quelques extraits de la poésie loufoque et complètement schnaps de Jacques Ferry -Les écrits mystiques de Vicence- pour illustrer le propos de Guy Sorman.
"La poésie au détecteur de mensonges, les littératures cadavériques parlent aux français moyens ou aux Portoricains inférieurs. Ici l'ombre. J'aime écouter la météo tout seul sans lendemain, Autopsie d'une jeunesse désoeuvrée que consume la grasse matinée de la dernière chance, la vanité consacre mon existence aux balançoires, à la dipsomanie des ramoneurs burlesques. Les chats méchants donnent ma langue aux étoiles filantes. Le cerveau détruit par les anacondas, je pense au golf miniature en visitant les églises vénitiennes. La légion suspecte des dîneurs offre certains reflets des littératures inanimées..."
et quelques aphorismes comme:
Nous voulons la retraite au stade pré-ombilical!
On ne prête qu'aux biches!
Les voyous en savent suffisamment pour faire tomber la nuit!
Le silence ne s'intéresse pas aux gens connus!
La jeunesse critique les lézards!
Le peuple de l'opium n'évite pas la clientèle de la récidive!
Les disques rayés ne dérangent
pas les mauvais garçons !

Partager cet article

Repost 0
Published by Le crédule libéral - dans Livres
commenter cet article

commentaires