Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • : Partagez l'itinéraire d'un électeur de gauche devenu un adepte de la mondialisation libérale. Employé d'une "world wide company", l'auteur vit la mondialisation au quotidien et ne s'en plaint pas. Peu de mouvements d'humeur, des faits et des chiffres!
  • Contact

Mon profil

Recherche

Archives

Réseau

25 janvier 2009 7 25 /01 /janvier /2009 09:27

J'ai écouté avec intérêt Fitoussi cette semaine sur France-Culture sur la crise et la dette. (J'aime bien écouter Fitoussi. S'il est keynésien jusqu'au bout des ongles, il est aussi anti-protectionniste. Il me semble pragmatique et désireux de se faire comprendre). Par exemple, Fitoussi s'étonne à juste titre des bonus des banques qui laissent penser que le système de bonus marche la tête à l'envers. Voci son argumentation que je transcris ici...


La crise est la faillite du secteur privé. Les états s'endettent pour sauver le secteur privé. Le germe de la crise est dans le fonctionnement du secteur privé. Les USA n'ont pas de problèmes à financer leur dette. La dette publique n'est pas un problème. Un état vit éternellement et paut être endetté. Un état peut s'endetter au contraire d'un ménage. Nos enfants ne remboursent pas pour nous. Nos enfants héritent de la dette et de la créance. En réalité, la question de la dette est une question de redistribution entre ceux qui la portent. Ce n'est pas une question inter-générationnelle. Arrêtons de faire semblant de pleurer. Si nous ne faisons rien aujourd'hui, nous leur laisserions un monde à feu et à sang. Vaut-il mieux vivre dans un monde de chômeurs sans dette ou un monde de travailleurs avec une dette publique à rembourser? La facture de la dette sera payée par le secteur privé pour payer ses bêtises. Le mot de faillite pour un état n'a pas la même signification que pour une entreprise. Les sommes dues à la crise n'ont rien à voir avec les montants des déficits.

(Fitoussi)


J'avoue que je ne comprends pas cet argument d'une dette dérivant sans fin
consistant à laisser penser que l'état achète la paix sociale avec ses dépenses. Les pays au budget équilibré n'ont pas plus de problèmes sociaux que les autres. J'ai le sentiment que les économistes qui croient que la dette a peu d'impact sont très optimistes voire irresponsables.
On se réfèrera à cet appel d'économistes de renom, non keynésiens, appelant les gouvernements à ne pas financer la crise.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le crédule libéral - dans questions
commenter cet article

commentaires

Jacques-André 29/01/2009 07:49

Bonjour à tous, je voudrais attirer votre attention sur un article qui me déroute. Ça s'appelle "l'adolescence du sarkozysme" et je le trouve désespérément vrai, en dépit de mes convictions de droite. Qu'en pensez-vous ?http://respublicanova.fr/spip.php?article399