Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • : Partagez l'itinéraire d'un électeur de gauche devenu un adepte de la mondialisation libérale. Employé d'une "world wide company", l'auteur vit la mondialisation au quotidien et ne s'en plaint pas. Peu de mouvements d'humeur, des faits et des chiffres!
  • Contact

Mon profil

Recherche

Archives

Réseau

30 mai 2006 2 30 /05 /mai /2006 00:08
Michael Crichton réussit l'exploit de nous faire réfléchir sur le réchauffement climatique avec un thriller haletant "State of Fear" en anglais. De nombreux graphiques et articles scientifiques complètent l'argument en cours de lecture. Comme ce site qui montre dans le monde entier des augmentations de la concentration de CO2 dans l'atmosphère. Allant au bout de leurs convictions, les écolos organisés en groupe terroriste tentent de détacher un iceberg de la banquise ou de provoquer un tsunami. On rapprochera cette idée d'écolos jusqu'au-boutistes de l'actualité suivante. Le livre comporte plusieurs morceaux de bravoure où, entre deux séquences dans lesquelles leur vie ne tient qu'à un fil, héros et protagonistes, références à l'appui, débattent sur le réchauffement climatique. Exemple: Peter Evans tente de défendre la théorie du réchauffement, mais les graphiques qui lui sont présentés montrent une baisse de la température dans les zones peu urbaines. Perplexité.  Plus loin, John Kenner face à Ted Bradley décline l'histoire du Parc de Yellowstone dans laquelle les écologistes ont déréglé l'équilibre par des tentatives maladroites de régulation. L'idée principale du livre consiste à dénoncer l'état de crainte sur lequel surfe les mouvements écologiques pour obtenir gains et subsides. Le livre se termine par un message de l'auteur de quelques pages. "Je soupçonne que le réchauffement observé en surface sera en partie attribuable aux activités humaines. Je soupçonne que la principale cause d'origine humaine sera imputable à l'utilisation des sols et que la composante atmosphérique sera mineure." Comme rien n'est évident dans ce débat sur le changement climatique, on lira ici la critique du livre par le site RealClimate et la vision de l'Institut Molinari. qui considère sa contribution comme essentielle pour "placer la science au-dessus de l'idéologie".

Partager cet article

Repost 0
Published by Le crédule libéral - dans écologie
commenter cet article

commentaires