Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • : Partagez l'itinéraire d'un électeur de gauche devenu un adepte de la mondialisation libérale. Employé d'une "world wide company", l'auteur vit la mondialisation au quotidien et ne s'en plaint pas. Peu de mouvements d'humeur, des faits et des chiffres!
  • Contact

Mon profil

Recherche

Archives

Réseau

4 avril 2006 2 04 /04 /avril /2006 08:05
Jean-François Revel nous manque. Ses interventions sont aujourd'hui peu fréquentes. Dans le point de cette semaine, Jean-François Revel avoue 82 ans, sa fatigue et ses pertes de mémoire. Il nous taille en quelques mots un résumé de la situation et aboutit à la conclusion possible d'un deuxième tour de l'élection présidentielle entre Bové et Le Pen. "L'opprobre jeté sur le libéralisme relève-t-il de cette résistance tenace que les préjugés opposent aux faits ?"
"Il s'agit d'un phénomène plus développé en France qu'ailleurs en Europe. Les travaillistes britanniques ne parlent plus ce langage, les sociaux-démocrates allemands ne l'ont jamais parlé. Cette propagande hostile au libéralisme, pourtant seul procédé qui ait jamais réussi même s'il est loin d'être parfait, est la réaction des demi-solde du communisme et du socialisme qui n'acceptent pas leur échec. Le malheur veut que le socialisme démocratique se laisse entraîner, par calcul électoral ou par complexe d'infériorité, dans cette surenchère. On a vu comment la faillite électorale de la gauche en 2002, au lieu de la conduire à réviser ses conceptions et sa stratégie, l'a poussée au contraire vers une sorte de néogauchisme réchauffé, inspiré par la peur d'être affaiblie par l'extrême gauche. Une partie de la droite, intimidée elle aussi, verse à son tour dans une rhétorique antilibérale. Voilà où est parvenu le pays de Benjamin Constant, de Tocqueville et de Raymond Aron ! A quoi mènent les vociférations d'un José Bové et de ses affidés contre la mondialisation, qui profite d'ailleurs aux pays émergents, et contre la superpuissance américaine, comme si cette dernière, dont la politique peut et doit être contestée sur bien des points, par exemple en Irak, n'était pas la conséquence du double suicide européen du XXe siècle et d'un renoncement de l'Europe à sa propre ambition, dont témoigne le scrutin référendaire de 2005 ? Les inconséquences de nos responsables politiques sont telles qu'un second tour entre Bové et Le Pen à la prochaine présidentielle n'est pas à exclure. Belle illustration de l'exception française, alors même que, malgré tout, la liberté et la démocratie ont progressé dans le monde depuis trente ans, particulièrement en Europe, dont les régimes totalitaires ont disparu.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le crédule libéral - dans actualités
commenter cet article

commentaires