Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • : Partagez l'itinéraire d'un électeur de gauche devenu un adepte de la mondialisation libérale. Employé d'une "world wide company", l'auteur vit la mondialisation au quotidien et ne s'en plaint pas. Peu de mouvements d'humeur, des faits et des chiffres!
  • Contact

Mon profil

Recherche

Archives

Réseau

20 septembre 2008 6 20 /09 /septembre /2008 00:33

Jörg-Guido Hülsmann publie une biographie de Von Mises en Français. Il décrit notamment deux théories marquantes et iconoclastes de Von Mises.

L'impossibilité de toute planification socialiste:

Dans une économie primitive et figée, il y aura une échelle de correspondance simple et relativement durable entre les différents biens : une stère de rondins équivaudra à tant de blé, etc. Dans les sociétés modernes, la production de nouveaux produits, la disparition de ceux qui sont obsolètes, le progrès technique, tout cela fait varier les valeurs de chacun des biens. Dès lors, le choix d’une méthode de production plutôt que d’une autre par un entrepreneur est fait par des calculs sur les valeurs respectives de chacune des solutions. Le mécanisme des prix transmet cette valeur et permet la coordination de l’ensemble des efforts individuels dans une relative harmonie. La collectivisation des moyens de production dans les mains d’une autorité planificatrice unique fait disparaître les échanges et les prix libres, et donc cet outil indispensable du calcul économique. Privé de tout moyen de connaître la valeur relative des différents biens, le planificateur central en est réduit à décider de façon aveugle et, en un mot, « irrationnelle ». On ne peut dès lors parler d’ « économie » planifiée, la planification est impossible. Certes le planificateur pourra toujours décider une répartition arbitraire mais elle ne sera fondée sur rien de rationnel, comme l’illustrera l’économie soviétique : des clous d’une tonne au lieu d’une tonne de clous, des chaussures mais toutes de la même pointure, etc.

le refus des mathématiques en économie.

« La méthode mathématique doit être rejetée, et pas seulement en raison de sa stérilité. C’est une méthode entièrement fautive, partant de postulats faux et conduisant à des déductions fallacieuses. Ses syllogismes ne sont pas seulement stériles ; ils détournent l’esprit de l’étude des problèmes réels [..]. En fait, ils décrivent seulement un état de choses hypothétique et irréalisable. [..] En fait, ils rendent confus et embrouillé ce qui est traité de façon satisfaisante dans les manuels d’arithmétique et de comptabilité. »

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le crédule libéral - dans Livres
commenter cet article

commentaires