Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • : Partagez l'itinéraire d'un électeur de gauche devenu un adepte de la mondialisation libérale. Employé d'une "world wide company", l'auteur vit la mondialisation au quotidien et ne s'en plaint pas. Peu de mouvements d'humeur, des faits et des chiffres!
  • Contact

Mon profil

Recherche

Réseau

16 février 2008 6 16 /02 /février /2008 11:28
"Le texte de loi est irrecevable : comme le texte précédent sur la recherche, ce texte portant sur l'enseignement supérieur est sourd aux attentes de la communauté universitaire et ne vise qu'à imposer la logique libéral d'un univers concurrentiel aux universités."
Les syndicats d'enseignants protestent contre le projet qui consiste à leur demander deux matières à enseigner plutôt qu'une.  Les enseignants français (ou plutôt leur syndicat) ont sans doute déjà une tête trop pleine d'une seule matière et refuse d'en engranger une seconde. Je ne voudrais pas être à la place des gratte-papiers qui doivent gérer les affectations. Il doit y avoir des casse-têtes qui laissent plus d'un prof en attente pendant que subsistent des trous béants.
Prenons le cas de la Suisse et sans doute de nombre de pays en Europe, les enseignants (parfois formés en France) ont deux matières à leur actif depuis belle lurette. Qui fait Anglais, fait parfois Histoire de l'Art ou Allemand. Et pire encore, il peut être appelé à 7h30, un lundi matin pour faire un remplacement de Français au pied levé, même si cette matière n'entre pas dans ses compétences. Ceci permet une plus grande flexibilité et aussi sans doute une plus grande fraîcheur, les expériences des deux matières se nourrissant l'une l'autre. Les enseignants français sont des dinosaures, promis à une belle mort ils refusent d'avoir deux cordes à leur arc et de s'adapter à toute nouvelle donne.

Partager cet article

Repost0

commentaires