Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • : Partagez l'itinéraire d'un électeur de gauche devenu un adepte de la mondialisation libérale. Employé d'une "world wide company", l'auteur vit la mondialisation au quotidien et ne s'en plaint pas. Peu de mouvements d'humeur, des faits et des chiffres!
  • Contact

Mon profil

Recherche

Archives

Réseau

18 février 2006 6 18 /02 /février /2006 00:00
Les antilibéraux font preuve de beaucoup moins de modestie que les libéraux. En effet, ces derniers ont tendance à "laissez-faire". Comme dit Hayek, "vous allez devoir laisser faire le changement, même si vous ne pouvez prévoir où il conduira." De sorte que si les changements se produisent, les libéraux pourront les imputer à l'initiative de leurs concitoyens et non entièrement à la pertinence de leur vision. Les antilibéraux eux, ne devront en apparence leurs bons résultats qu'à leur action planifiée à l'avance et conduite d'une main ferme. Le premier symptôme de cette immodestie me paraît être un petit rêve mesquin. Quel est-il? Rendre le vote obligatoire! Chose aisée à concevoir pour un constructiviste qui pense que tout passe par l'état et ses institutions. A défaut, on ne compte plus les campagnes invitant chacun à se rendre aux urnes. Les antilibéraux se prennent au sérieux et croient parfois que le vote est la principale manière de changer le monde. Patrick Vézine rappelle la campagne, avec Besancenot, pour le vote fin 2005. C'est une manière également de se mettre en avant, d'occuper le devant de la scène et de se rappeler au bon souvenir de leurs concitoyens. Leur rêve caché: obtenir 80% des voix.(**) Pour ma part, loin de décrier cette fondation essentielle de la démocratie, je n'ai pas de problèmes à voir moins de 50% de votants lors d'une élection. L'abstention est une forme de vote comme une autre. Elle est parfois le signe d'une démocratie apaisée. La Suisse qui est un des pays les plus démocratiques du monde atteint rarement des taux de participation importants. Les Etats-Unis également. Dans une démocratie stable et évoluée, il n'y a pas souvent péril en la demeure. L'abstentionniste, qui est aussi à l'image de la majorité de ses concitoyens, s'incline en déléguant à plus volontaire. Le choix d'une seule élection dans une démocratie solide ne change pas l'équilibre du pays et peut être remis en cause s'il s'avère improductif. Les antilibéraux veulent nous priver de la liberté d'être indifférent à la politique, de la liberté de ne rien avoir à dire sur la politique.

(**) Prenons l'exemple du Président Chavez.Il fait voter son pays en ce moment deux fois par an. Contrôlant de plus en plus de rouages au Vénézuela, profitant d'une opposition désunie, d'un système électronique qui permet de briser la confidentialité des votes, il obtient 75% de votes favorables grâce à l'abstention massive de ses concitoyens. Cas extrême: l'absention est désormais une des dernières façons de protester au Venezuela. Référence : Political firestorm in Venezuela

Partager cet article

Repost 0
Published by Le crédule libéral - dans questions
commenter cet article

commentaires