Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • : Partagez l'itinéraire d'un électeur de gauche devenu un adepte de la mondialisation libérale. Employé d'une "world wide company", l'auteur vit la mondialisation au quotidien et ne s'en plaint pas. Peu de mouvements d'humeur, des faits et des chiffres!
  • Contact

Mon profil

Recherche

Réseau

21 décembre 2005 3 21 /12 /décembre /2005 14:32
Daniel sur son Blog, en direct du Venezuela, analyse la victoire d'Evo Morales. Il trouve quelques motifs d'espoir en se disant que Morales n'est pas Chavez et que pour arriver là, il doit être un homme de compromis. En effet rassembler les syndicats boliviens et les communautés agraires est un exploit. Les Américains avec leurs gros sabots ont causé des ravages dans les années quatre-vingt-dix en tentant d'éradiquer les plantations de Coca... Ils ont ainsi livré les planteurs indigènes à la fièvre de quelques ambitieux en voulant détruire une culture millénaire pour sauver quelques bobos ou stars de pacotille, "sniffers" de cocaïne. Moralès admire le Che, mais celui-ci étant mort en Bolivie, il est difficile d'imaginer lui élever un mémorial. Morales est un indien. Il n'est pas homme à se laisser impressionner par quelques gadgets et colifichets Cartier comme Chavez. Même s'il lui est redevable de son aide, Moralès ne devrait pas être le joujou de Chavez. Ne nous hâtons pas comme la plupart des médias, à le mettre dans le même sac. Il est fait d'un autre bois. Les indiens des hauts-plateaux à travers une existence grégaire s'éveillent peu à peu au monde moderne et à la démocratie. Ils ont toujours été exploités et délaissés. Il n'est pas surprenant qu'en 20 ans de démocratie, ils trouvent le chemin de la présidence au Venezuela. Les Boliviens sont allés voter en masse. Voilà qui est rassurant.  Au Venezuela, le mode électronique de votation n'inspire confiance à personne... Le gouvernement bolivien semble moins désireux de travestir la vérité et son organisation solide lui permet d'obtenir des résultats fiables malgré l'immensité du pays et la faible densité de sa population. La Bolivie n'a pas les réserves du Venezuela. Ainsi Morales n'a pas le droit à l'erreur et cela devrait lui éviter les errances d'un Chavez. Voilà comment Daniel se rassure et croise les doigts devant la victoire de Morales en Bolivie!

Partager cet article

Repost0

commentaires