Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • : Partagez l'itinéraire d'un électeur de gauche devenu un adepte de la mondialisation libérale. Employé d'une "world wide company", l'auteur vit la mondialisation au quotidien et ne s'en plaint pas. Peu de mouvements d'humeur, des faits et des chiffres!
  • Contact

Mon profil

Recherche

Archives

Réseau

12 décembre 2005 1 12 /12 /décembre /2005 08:33
Le second tour de l'élection présidentielle au Chili verra s'affronter deux "libéraux". Michelle Bachelet, centre gauche, et Sebastien Pinera à droite. Ce type de schéma constitue un schéma idéal pour un libéral. La droite conservatrice ne sera même pas présente au second tour. Selon l'Express du 12/12 : "Sous les gouvernements de centre gauche qui se sont succédé depuis la chute du régime Pinochet en 1990, le Chili a prospéré jusqu'à devenir un pays développé où le taux de pauvreté a été divisé par deux pour être ramené à 18%, soit un des plus bas de la région."
Nous l'avions auparavant noté par l'intermédiaire de Vargas Llosa sur Charivari.Cette sérénité s'est exprimée par un intérêt moyen des Chiliens pour les débats politiques qui ont précédé la campagne. Les Chiliens se sont montré plus empressés à faire du shopping pour Noël et à profiter des fruits de la croissance. plutôt qu'à débattre âprement de politique. Cela me semble être le signe d'une forme de maturité plutôt que d'une désertion du champ démocratique.
La bonne nouvelle également, c'est le faible score de la gauche nostalgique et communiste proche d'ATTAC, la gauche "Allendiste" de Tomas Hirsch. Voici un petit extrait de leur prose originale. On peut supposer que la plus grande tragédie pour celle-ci est de pouvoir aller faire ses cadeaux de Noël en subissant un taux de croissance de 6% pour 2005: «Au Chili d'aujourd'hui, le grand capital domine non seulement les moyens de production mais aussi la pensée, au moyen du contrôle des médias et de l'information. En l'état actuel des choses, la solidarité ancienne se désagrège et, en définitive, on assiste à la désintégration du tissu social et à la déconnexion des personnes. Les référents politiques et sociaux n'ont pas échappé à cette fragmentation. Mais le projet néo-libéral de la dictature, fait sien par la Concertation (socialiste - démocrate chrétienne) a déçu les espérances de la majorité populaire. La tragédie sourde que subit notre peuple aujourd'hui requiert une responsabilité et une lucidité accrues pour désarticuler avec rapidité la tyrannie de l'argent qui a succédée celle des armes. Nous sommes convaincus qu'il est possible d'articuler le plus vaste ensemble de forces politiques et sociales de gauche, progressistes et anti-néolibérales pour conformer un grand mouvement susceptible de surmonter résolument les conditions actuelles d'inégalité et d'injustice sociale, capable d'offrir une alternative politique et sociale viable pour le Chili.»
"Juntos Podemos Más" : extrait de la Plate-forme programmatique pour un Chili juste et solidaire.
Hirsch espérait jusqu'à 8%, il obtient 5%. N'en pouvant plus, Il appelera à voter nul au second tour.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le crédule libéral - dans Amérique latine
commenter cet article

commentaires