Présentation

  • : Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • : Partagez l'itinéraire d'un électeur de gauche devenu un adepte de la mondialisation libérale. Employé d'une "world wide company", l'auteur vit la mondialisation au quotidien et ne s'en plaint pas. Peu de mouvements d'humeur, des faits et des chiffres!
  • Contact

Mon profil

Recherche

Réseau

10 décembre 2005 6 10 /12 /décembre /2005 23:22
Michelle Bachelet même si elle a souffert de la dictature de Pinochet est sans doute loin de la politique à l'époque préconisée par Allende. Son élection permettra sans doute de tourner la page Pinochet. La stratégie préconisée par Michelle Bachelet est une politique ouverte et, contrairement à la motion Hollande, ne fait à aucun moment le procès de la mondialisation. Voici quelques morceaux choisis de son programme précis et volumineux. Michelle Bachelet en politique de gauche, réclame un peu plus d'état et de régulations. Néanmoins, ses demandes s'inscrivent toujours dans une politique de coopération avec le privé. Et du point de vue de l'état, le Chili a sans doute de la marge...
Collaboration public-privé
Au Chili, plus de 90 pour cent des emplois est produit par le secteur privé, avec pour une bonne partie des entreprises moyennes et petites. L'État ne s'occupe pas directement de ceux qui trouvent un emploi. Mais les politiques publiques en effet peuvent produire les conditions pour que l'économie croisse et qu'apparaissent davantage d'occasions de travail, pour que les plus vulnérables aient les mêmes possibilités d'accéder aux emplois et pour que quand quelqu'un perd son emploi, il ne reste pas dans une situation d'abandon.
Globalisation : la fin des barrières discriminatoires
Nous devons refléter le phénomène de la globalisation dans notre politique extérieure à travers  l'intégration régionale et mondiale, le multilateralisme et la coopération internationale. Nous reconnaissons la globalisation, l'interdépendance croissante entre les nations  et les forces qui poussent l'intégration régionale comme tendances propres de notre temps.  Nous chercherons des alliances avec des pays avec lesquels il y a des  « critères convergents », qui nous permettent de maximiser la réalisation d'objectifs clefs de notre politique extérieure : la paix, les droits humains, la lutte contre la pauvreté et la fin des barrières discriminatoires dans le commerce mondial.
Exemple du Transport
Nous aspirons à un système de transport public qui garantisse la mobilité pour tous les Chiliens. Nous voulons un système compétitif et efficace, respectueux de l'environnement et qui offre sécurité aux citoyens. À partir de 1990, les gouvernements de la Concertation ont favorisé des politiques d'investissement du secteur privé. L'objectif de cette nouvelle façon de faire face au problème du transport était de disposer d'un système efficace et moins polluant. On a
énormément avancé  en infrastructure et dans la modernisation du transport. Pendant les dernières 15 années, nous avons privatisé la gestion des chemins de fer et du secteur portuaire. On a aussi avancé en transport urbain : le projet Transantiago marque le début  d'un énorme processus de modernisation du transport public urbain. Pour accomplir nos objectifs en matière de transport, nous proposons un plan de politiques publiques avec des réformes institutionnelles et politiques spécifiques pour les différents modes de transport.
Un peu plus d'état
La dictature dans son alliance avec le néolibéralisme a consacré de grands efforts à réduire la taille de l'État, en dédaignant la fonction publique, en éliminant les fonctionnaires. Une des tâches fondamentales que les gouvernements de la Concertation ont assumées dans la rectification du modèle économique a été de revendiquer le rôle de l'État, récupérer ses capacités, moderniser son fonctionnement et rendre transparente sa gestion. Les efforts des gouvernements de la Concertation pour récupérer la fonction publique ont abouti à un agenda de réformes sous le gouvernement du Président Lagos ; il a été légiféré sur la nomination de directeurs publics, la carrière des fonctionnaires, la gestion financière, les frais, les achats gouvernementaux et l'évaluation de programmes publics. Au prochain gouvernement il lui reviendra d'appliquer ces réformes.
Commerce International
En matière d'intégration économique, les avancées du Chili durant les dernières 15 années n'ont pas de comparaison. À partir des années 90, la Concertation a avancé dans l'ouverture négociée avec les  pays de l'Amérique latine. Depuis des débuts de la présente décennie, la priorité du Chili s'est  concentrée sur les traités de libre commerce avec les Etats-Unis, l'Union Européenne, EFTA, la Corée et l'Océanie.  Simultanément, nous avons travaillé et participé dans toutes les initiatives commerciales ALCA,  APEC et OMC. Sur le plan multilatéral, notre priorité sera le terme des négociations de la Ronde de Doha, dans le cadre de l'Organisation Mondiale de Commerce, qui permettent de disposer d'un système multilatéral de commerce plus juste, avec des règles claires et qui, en particulier, réduit et élimine les subventions à l'agriculture.
OBJECTIFS PRIORITAIRES
Avec l'objectif principal de fortifier les liens avec l'Amérique latine, nous donnerons la priorité aux relations internationales avec les pays émergents de l'Asie, avec les pays qui partagent nos intérêts et stades de développement, et avec les Etats-Unis. Nous maximiserons le potentiel du Chili comme pays plate-forme pour les investisseurs du Asie-Pacifique. Si notre pays matérialise les accords commerciaux dans des voies de négociation avec la Chine et l'Inde, et  éventuellement avec le Japon, le lien vertueux avec l'Asie croîtra, en pouvant comprendre, en outre, les dimensions diplomatiques et culturelles. Certains pays, comme la Nouvelle-Zélande, l'Irlande, le Canada et l'Australie, et les pays de l'EFTA, comme la Suisse et la Norvège, sont géographiquement éloignés mais partagent avec nous non seulement des intérêts commerciaux ou d'investissement, mais, en outre, des orientations politiques démocratiques et de valeurs humanitaires. À ces pays nous accorderons une attention spéciale sur le plan bilatéral et multilatéral. Avec les Etats-Unis nous partageons des valeurs et des objectifs centraux en politique extérieure, comme la démocratie, la protection des droits humains et la recherche d'un commerce international plus libre. Nous continuerons à consolider notre relation avec les Etats-Unis. Nous utiliserons pour cela le Sommet des Amériques et le projet de création d'un secteur de libre Commerce des Amériques.

Partager cet article

Published by Le crédule libéral - dans Amérique latine
commenter cet article

commentaires

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog