Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • : Partagez l'itinéraire d'un électeur de gauche devenu un adepte de la mondialisation libérale. Employé d'une "world wide company", l'auteur vit la mondialisation au quotidien et ne s'en plaint pas. Peu de mouvements d'humeur, des faits et des chiffres!
  • Contact

Mon profil

Recherche

Archives

Réseau

9 décembre 2005 5 09 /12 /décembre /2005 00:19
La situation de la Nouvelle-Zélande comportait nombre de points communs avec celle de la France d'aujourd'hui. Le chemin parcouru par la Nouvelle-Zélande est édifiant. A lire absolument!
"De plus, le taux de chômage avait atteint 11,6 %, le budget de l'Etat était en déficit continuel depuis 23 ans : il s'était même élevé certaines années jusqu'à représenter 40 % du PNB, la dette publique s'était élevée à 65 % du PNB et la confiance accordée aux emprunts publics allait en se dégradant régulièrement (ce qui renchérissait d'autant le coût des emprunts de l'Etat). Les dépenses publiques représentaient plus de 44 % du PNB, les capitaux fuyaient le pays en masse, et l'Etat s'impliquait de mille et une façons et dans les moindres détails de la vie économique."
Des réformes libérales ont été entreprises. Un changement de paradigme a été nécessaire.
"La question posée n'était pas de savoir comment l'Etat pourrait assurer à chacun ses besoins alimentaires ou un logement suffisant. La vraie question était de savoir comment il pourrait y avoir moins de personnes mal nourries ou mal logées. En d'autres termes, comme nous l'avons clairement fait comprendre à nos interlocuteurs, le succès ne serait pas mesuré par le nombre de personnes qui bénéficieraient des subsides gouvernementaux en ces domaines, mais par le nombre de personnes qui cesseraient de dépendre des aides gouvernementales et deviendraient ainsi capables de subvenir par elles-mêmes à leurs propres besoins."
La fonction publique a été diminuée.
"Le ministère de l'industrie employait 28.000 personnes. J'étais alors ministre de l'industrie. A la fin du processus, il ne restait qu'une personne, moi-même."
Les privatisations ont été légion.
Tout simplement, ce n'est pas le rôle de l'Etat de faire par lui-même un certain nombre de choses. C'est pourquoi nous avons privatisé les télécommunications, les transports aériens, les services d'irrigation, les entreprises informatiques, les imprimeries gouvernementales, les compagnies d'assurances, les banques, les institutions financières, les institutions de crédit immobilier, les chemins de fer, les transports routiers de personnes, les hôtels, les transports maritimes, les firmes de conseils du monde agricole, etc. Au total, le transfert au secteur privé de toutes ces activités s'est traduit par une augmentation de leur productivité et une baisse des prix de leurs produits ou services.

Leçon apprise: Le capitalisme ne se repaît pas seulement de "worldwild companies"
"Certains prévoyaient la disparition d'un grand nombre d'exploitations familiales au profit d'entreprises de type capitaliste. Finalement, c'est le contraire qui s'est produit : les exploitations de type capitaliste ont reculé, et celles de type familial sont devenues plus nombreuses."
"Le mammouth a été dégraissé"
"70 % des fonds consacrés à l'éducation nationale allaient au financement des services administratifs. En conséquence, nous avons décidé immédiatement de supprimer tous les Conseils d'Education (« Boards of Education ») du pays."
Entre école publique et école privée: les niveaux se sont améliorés
Tout le monde prévoyait qu'il y aurait un véritable exode des écoles publiques vers les écoles privées, l'écart de niveau entre celles-ci et celles-là étant estimé entre 14 et 15 %. Cette crainte ne s'est pas concrétisée et, qui plus est, la différence de niveau a disparu rapidement.
La diminution des impôts entraîne une augmentation drastique des recettes
Nous avons créé une taxe uniforme sur la consommation de 10 % et supprimé tous les autres impôts : impôts sur les plus values en capital, impôts sur le patrimoine, etc.  Mais, en définitive, ce qui est arrivé est que les recettes ont augmenté de 20 % !
Petit tour en Nouvelle-Zélande pour rêver!,

Partager cet article

Repost 0
Published by Le crédule libéral - dans actualités
commenter cet article

commentaires