Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • : Partagez l'itinéraire d'un électeur de gauche devenu un adepte de la mondialisation libérale. Employé d'une "world wide company", l'auteur vit la mondialisation au quotidien et ne s'en plaint pas. Peu de mouvements d'humeur, des faits et des chiffres!
  • Contact

Mon profil

Recherche

Réseau

10 août 2007 5 10 /08 /août /2007 11:53
Me voilà de nouveau en Egypte, au Caire pour de nouvelles rencontres. Le "Business" semble ici encore plus frémissant que l'an dernier. Les entreprises étrangères s'installent avec confiance au Caire. Les Egyptiens ne rechignent pas à parler politique. Pour tous ceux que je croise, l'Amérique, en plus d'une guerre inique contre l'Irak, est responsable de la stabilité de la dictature en Egypte et dans tous les pays arabes... Un de mes interlocuteurs, fervent lecteur sur ces sujets (dont "l'effroyable imposture" de Thierry Meyssan dont il  vante la lecture) assure que la guerre d'Irak n'a rien à voir avec l'Islam. Elle est le fruit d'une stratégie géopolitique qui vise à gêner Chine et Russie. Ben Laden n'a rien à voir avec la religion. D'ailleurs il est une invention américaine compte tenu de ses relations anciennes avec ceux-ci.(J'avoue que pour l'humble auteur de ce blog, c'est une des questions les plus ambiguës actuellement. Accuser l'Amérique de Bush est d'un grand confort intellectuel. Les Libertariens américains sont d'ailleurs les plus véhéments contre la politique actuelle: voir cet article du candidat républicain Ron Paul... Cet argument est du pain béni à l'image de l'Europe pour nos politiciens. Il permet de dissimuler les turpitudes des politiciens arabes à leur peuple.) J'apprends également que l'Egypte souffre d'une centralisation excessive puisque toute l'activité est concentrée sur Le Caire. En France, on connaît.
Mon hôte revient d'Hawaï où il vient de passer sa lune de miel. Il y a laissé quelques espèces sonnantes. "On ne fait qu'une fois dans sa vie une lune de miel" assure-t-il. Sympathisant des frères musulmans, il convient que Moubarak a tellement siphonné l'opposition que seul le fils de Moubarak peut gouverner l'Egypte aujourd'hui. Il n'y a aucun représentant connu d'une opposition quelconque en Egypte. Il fulmine contre le Hamas.: "Des bêtes me dit-il, ce ne sont pas des Musulmans et ils ne pensent qu'au pouvoir".
S. est une femme charmante et enthousiaste. Elle conserve bien que musulmane un excellent souvenir de son éducation dans une école religieuse française au Caire et un souvenir très mitigé de son pèlerinage à La Mecque. Elle considère sa religion comme très égalitaire envers les femmes. En Arabie Saoudite, elle a ressenti une forte ségrégation y comprise sur les lieux de pèlerinage ce qui laisse à penser que les Saoudiens ont une interprétation détournée de la religion. Pour elle, l'Arabie Saoudite est le pays peu enviable.  
A l'Hotel Marriott, les grooms sont des champions du Good Morning. Ils arborent un badge synthétisant la nouvelle campagne du management de la chaine, axée client: "Yes is the answer! What is the question?" L'Hôtel Marriott, est un microcosme cosmopolite, une Egypte virtuelle. Ici, un mélange de tous les mondes possibles se côtoie dans les couloirs cirés. Cinquantenaires dont on peut supposer qu'ils ont répudié au moins une fois pour se farcir une jeunette portant le foulard et fière de sa promotion. Soixantenaires bedonnants en tribu à la démarche lourde, touristes en petites bandes, prostituées peinturlurées, couples en pleine romance, hommes d'affaires errants entre deux signatures et nombreuses boîtes aux lettres (femmes très voilées comme les appellent Paul Fournel dans son livre Poil de Cairot). J'apprends à mesurer l'intensité des regards derrière la fente qui ne laisse plus 
apparaître que son éclat à l'auguste flâneur. Je commencerais sans doute à imaginer les plus beaux atours derrière ces caches si je restais plus longtemps à errer dans ce petit havre qu'est le jardin central de l'hôtel...
Dans l'avion du retour, je rencontre un neurochirurgien heureux des formations qu'il vient de terminer après dix ans à dix médecins soudanais. "Le Darfour a été abandonné à lui-même, des années par le gouvernement soudanais. C'est incroyable, on peut espérer qu'avant que les Américains s'en mêlent, les deux parties puissent négocier". L'hebdo en français Al-Ahram pro Moubarak titre "Washington tente de renforcer ses liens privilégiés avec ses alliés arabes... Seul bénéficiaire : l'Etat hébreu." Quoi qu'il arrive, les Américains seront toujours des têtes de turcs !

Partager cet article

Repost0

commentaires