Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • : Partagez l'itinéraire d'un électeur de gauche devenu un adepte de la mondialisation libérale. Employé d'une "world wide company", l'auteur vit la mondialisation au quotidien et ne s'en plaint pas. Peu de mouvements d'humeur, des faits et des chiffres!
  • Contact

Mon profil

Recherche

Réseau

13 janvier 2006 5 13 /01 /janvier /2006 00:31
Après l'indépendance, l'Inde a choisi le protectionnisme et la planification économique, et a atteint les plus hauts niveaux de pauvreté. Elle a changé de politique au début des années quatre-vingt-dix. Les progrès de l'inde ne se sont pas fait attendre. Voir cet article du WashingtonPost.
La classe moyenne est passée de 310 en 90 à 550 millions en 2000. "La proportion d'Indiens vivant avec moins de un dollar par jour est tombée de 46 pour cent au début des années 90 à 39 pour cent en 2000. La pauvreté en Inde est un phénomène
de plus en plus localisé plutôt que réparti dans tout le pays.... La catégorie des très-riches a également augmenté rapidement, de 2.5 millions de personnes en 1990 à approximativement 33 millions en 2000, « ce qui correspond à la population entière de l'Argentine. »
Goucho se réjouit de ces progrès, mais déplore le fait que l'Inde risque de ressembler de plus en plus aux Etats-Unis et qu'elle perde l'universalité de sa culture. Remarque empreinte d'esprit colonial, on préfère le pittoresque en maintenant la tête sous l'eau à toute une civilisation, refusant le progrès économique dérangeant de celle-ci. On ne proposera plus l'Inde, devenu le pays le plus riche du monde, à l'exposition universelle de nos fantasmes. On relira un de nos messages précédents. Ne doutons pas avec Tarun Tejpal que la liberté permettra à l'Inde de maintenir toute la richesse de sa culture et pourquoi pas de se libérer des scories moyenâgeuses de celle-ci.

Partager cet article

Repost0

commentaires