Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • : Partagez l'itinéraire d'un électeur de gauche devenu un adepte de la mondialisation libérale. Employé d'une "world wide company", l'auteur vit la mondialisation au quotidien et ne s'en plaint pas. Peu de mouvements d'humeur, des faits et des chiffres!
  • Contact

Mon profil

Recherche

Archives

Réseau

20 octobre 2005 4 20 /10 /octobre /2005 00:00
Pour Goucho, c'est une découverte. Il ne sait s'il doit rire ou pleurer. Le libéralisme pourrait-il être de gauche? Qu'on se rassure, sur l'échelle de Richter entre la gauche et la droite en France, Tony Blair est très loin des idées de la gauche française et passerait ici pour un OVNI. À l'aune de l'histoire, de Tocqueville à Bastiat, les libéraux siégeaient à gauche.

"Le rythme du changement peut nous décourager, ou bien rendre nos vies meilleures et notre pays plus fort.
Ce que nous ne pouvons pas faire est de nier la réalité.
J'entends les gens dire que nous devons tout arrêter et débattre des effets de la mondialisation. Nous pourrions aussi bien discuter de savoir si l'automne devrait suivre l'été.
En Chine et en Inde, cela ne se discute pas. On saisit ces possibilités, d'une façon qui transforme nos vies.
Oui, ces deux nations ont toujours des millions de personnes vivant dans la pauvreté. Mais elles sont dans le flot. Regardons le Vietnam ou la Thaïlande. Attendons alors les Américains du sud, et avec notre aide, les Africains.
Toutes ces nations ont des coûts de main-d'oeuvre inférieurs aux nôtres.
Toutes peuvent importer la technologie.
Toutes attireront le capital en mouvement, doubleront la valeur de ce qui existait dix ans auparavant, pour trouver le meilleur rendement.
Ce monde changeant est indifférent à la tradition.
Impitoyable à la faiblesse. Sans respect des réputations passées.
Il n'a aucune coutume et pratique.
Il se joue des opportunités, mais celles-ci vont seulement à ceux qui sont assez agiles pour s'adapter, peu enclin à se plaindre, ouverts, disposés et capables de changer.
À moins de "décrypter le futur dans une boule de cristal", à moins que nos valeurs correspondent à un arrangement complètement honnête avec la réalité qui déferle sur nous, au prochain coup porté, nous échouerons.
Et puis les valeurs auxquelles nous croyons profondément tournent à vide nous entraînant dans la désillusion et la déception.
Dans l'ère de la mondialisation rapide, il n'y a aucun mystère: La seule chose qui marche est une économie ouverte et libérale, prête constamment au changement afin de rester concurrentielle.
Le nouveau monde récompense ceux qui sont ouverts à lui.
L'investissement étranger améliore notre économie. Comme l'immigration.
Nous savons que nous avons besoin de contrôles stricts. Ils sont mis en place, avec des cartes d'identité, indispensables dans un monde mouvant.
Mais une des choses les plus satisfaisantes au sujet de l'élection est que le pays a reconnu le tort des Conservateurs, désavouant leur campagne odieuse sur l'immigration. Vous qui venez pour travailler et faire votre vie ici, vous rendez la Grande-Bretagne non pas plus faible mais plus forte.
Mais il y a une autre leçon à tirer.
La tentation est d'utiliser le gouvernement pour essayer de se protéger contre l'impact de la mondialisation en se fermant de l'extérieur; de se protéger d'une main-d'oeuvre étrangère par règlement; d'assurer une compagnie grâce à une subvention du gouvernement, une industrie avec une régulation des tarifs.
Cela ne fonctionne pas aujourd'hui.
En effet, le barrage tirant en arrière l'économie globale a éclaté depuis des années.
La concurrence ne peut pas être bâillonnée, elle peut seulement être battue."
Traduction avec l'aide de Systran

Partager cet article

Repost 0
Published by Le crédule libéral - dans actualités
commenter cet article

commentaires