Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Gauche totalitaire : les mésaventures d'un fantôme de gauche.
  • : Partagez l'itinéraire d'un électeur de gauche devenu un adepte de la mondialisation libérale. Employé d'une "world wide company", l'auteur vit la mondialisation au quotidien et ne s'en plaint pas. Peu de mouvements d'humeur, des faits et des chiffres!
  • Contact

Mon profil

Recherche

Réseau

17 octobre 2005 1 17 /10 /octobre /2005 00:00
Comment démêler l'écheveau de la gauche méli-mélo? Voilà comme cela a commencé. Par des lectures intenses bien sûr.  A lire les livres du maître "Jean-François Revel" : La grande Parade, l'obsession anti-américaine, la connaissance inutile, les plats de saison ou le journal de l'an 2000 sont des livres indispensables pour démeler l'écheveau des faits d'apparence anodine ou des faits les plus grossiers comme la grève des marins de la SNCM.  Les révoltés de la SNCM sont-ils porteurs de la moindre espérance? Remplacer l'expression "service public" par "maintien de petits privilèges".
Guy Millière est un des disciples de Jean-François Revel. Emigré aux US, il a embrassé totalement la cause des néo-conservateurs. Son livre prémonitoire Pourquoi Bush sera réélu? m'a marqué lors de l'émission Ripostes de Serge Moati sur Arte pendant la campagne électorale américaine. Son langage est direct: il a un côté "vipère lubrique". Cette violence n'est pas l'objet d'un "petit facho" comme le suggère Goucho. En effet pour Goucho, Millière fait partie de l'aile droite libérale. Pourtant Millière est parfaitement démocrate. Sa violence est la mesure de son amertume et de son angoisse devant l'évolution de la France. Millière décape. Il nous dit l'exact contraire de ce que nous pensons. Goucho se marre, dédaigneux.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Michel 28/06/2012 13:16


Afin de ne pas évoquer les affres de sa pensée monolithique, je pense qu'il faudrait davantage parler du physique on ne plus avantageux de M. Millière. Ce serait lui rendre justice.